ALMQVIST CARL JONAS LOVE (1793-1866)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romantisme suédois présente, d'emblée, une physionomie originale. Il évite les excès du mysticisme allemand, ne donne qu'avec prudence dans le nationalisme scandinave et reste fidèle à la tendance suédoise profonde au réalisme. En même temps, son style demeure soumis aux exigences de clarté et de mesure inculquées par un siècle d'imprégnation classique française, et sa pensée se tourne volontiers vers les réformes d'avenir. De ce mélange de mysticisme, de classicisme, de réalisme et de libéralisme, nul ne donne mieux l'exemple que l'étrange figure de C. J. L. Almqvist.

Né à Stockholm, précoce mais maladif, le jeune Almqvist évolue dans les hautes sphères de la société suédoise. En 1808, il entreprend des études supérieures à Uppsala et en sort, licencié, en 1815. Il a acquis une immense culture désordonnée, d'où émergent ses maîtres : Swedenborg avant tout, puis Rousseau ; ensuite, pêle-mêle, Ossian, les premiers romantiques allemands, les romanciers « noirs » anglais, auxquels s'ajouteront, plus tard, Walter Scott, Balzac, Hugo et Lamennais — le romantisme sous tous ses aspects. Il accepte d'abord divers emplois administratifs à Stockholm. Surtout, en 1817, il fonde avec quelques amis une société dont le dessein est de divulguer la pensée de Swedenborg selon une perspective chrétienne « gothique », c'est-à-dire tendant à asseoir le nationalisme suédois sur la religion chrétienne.

Son premier ouvrage remarqué, Qu'est-ce que l'amour ? (Hvad är kärlek ? 1816) nous éclaire sur ce qui restera l'une des préoccupations constantes de sa pensée : les rapports du couple. C'est le départ d'une œuvre innombrable, tumultueuse, inégale, où passent toutes les tendances, tous les frémissements de l'idéalisme et de la mystique, tempérés pourtant par un réalisme aux vues d'avenir particulièrement audacieuses. Murnis (1819) fait une peinture bizarre, sensuelle de la vie d'amants célestes, dans l'esprit de Swedenborg. Amorina (1822), composition mi-lyrique, mi-dramatique, chaotique et de lecture [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ALMQVIST CARL JONAS LOVE (1793-1866)  » est également traité dans :

SARA, Carl Jonas Love Almqvist - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 778 mots

En 1839 parut en Suède, un petit livre intitulé Det går an , dont le titre en français est Sara , dû au plus flamboyant de tous les romantiques suédois, Carl Jonas Love Almqvist (1793-1866), et qui alluma l'un des brûlots les plus endiablés de son temps parce qu'il peignait un féminisme fracassant qui allait faire scandale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sara-carl-jonas-love-almqvist/#i_38900

STRINDBERG AUGUST (1849-1912)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 5 176 mots

Dans le chapitre « Entrée en scène de la femme »  : […] Mais Strindberg est pour le moment tout à ses amours. Il a rencontré, en 1875, Siri von Essen, femme du baron Wrangel. Il l'épousera en 1877, après l'avoir poussée au divorce. Le couple connaîtra quelques années heureuses que ponctue la publication d'un drame, Le Mystère de la Guilde (1879), et du roman La Chambre rouge ( Röda rummet , 1879) – il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-strindberg/#i_38900

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 809 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Visages du romantisme »  : […] Parce que la Suède sort amoindrie des guerres napoléoniennes, que le classicisme y survit plus longtemps qu'ailleurs en Europe, que les centres de la vie intellectuelle se placent dans les villes universitaires de Lund et d'Uppsala et non plus à Stockholm, que le prestige de la France le cède à celui de l'Allemagne, un bouleversement se produit qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_38900

Pour citer l’article

Régis BOYER, « ALMQVIST CARL JONAS LOVE - (1793-1866) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-jonas-love-almqvist/