Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HESS VICTOR FRANZ (1883-1964)

Né le 24 juin 1883 à Waldstein (Autriche), Victor Franz Hess était le fils d'un garde forestier au service du prince Öttingen-Wallenstein. Il fit toutes ses études à Graz, où il soutint sa thèse en 1910. Assistant à l'institut de recherche sur le radium de Vienne de 1910 à 1920, ses expéditions en ballon jusqu'à des altitudes de 5 300 mètres lui permirent de prouver en 1911 que l'ionisation de l'air croissait avec l'altitude lorsque celle-ci dépassait 1 000 mètres, ce qui montrait qu'elle était due à un rayonnement probablement d'origine extraterrestre. La découverte de ces rayons cosmiques lui valut de partager le prix Nobel de physique 1936 avec l'Américain Carl Anderson qui y avait découvert les premières antiparticules, les positons. Professeur à l'université de Graz puis à celle d'Innsbruck, il fonda sur les montagnes proches de cette ville la station d'observation de rayons cosmiques de Hafelekar. Les calculs théoriques d'Arthur Compton et les mesures extrêmement précises de l'intensité de ce rayonnement effectuées par Hess – en particulier de sa minuscule variation (environ 1 pour 1000) entre le jour et la nuit – permirent de préciser l'origine extragalactique des rayons cosmiques.

Fuyant le régime nazi, Hess émigra aux États-Unis. Naturalisé Américain en 1944, il mourut à Mount Vernon, près de New York, le 17 décembre 1964.

— Bernard PIRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

    • Écrit par Lydie KOCH-MIRAMOND, Bernard PIRE
    • 6 232 mots
    • 8 médias
    En 1912, le physicien autrichien Victor Franz Hess (1883-1964) vole à bord de ballons ouverts atteignant 5 kilomètres d'altitude ; il a la surprise de constater que, au-delà de 1 kilomètre d'altitude, les fines feuilles de son électroscope enregistrent une charge électrique qui augmente régulièrement...

Voir aussi