CAO YU ou CAOYU [TS'AO-YU] (1905-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Face au théâtre traditionnel, le drame moderne d'inspiration occidentale a eu quelque difficulté à s'implanter en Chine. Si le « théâtre parlé » [huaju] (par opposition à l'opéra chanté) a finalement réussi à s'imposer dans les années trente, c'est en grande partie à Cao Yu qu'il le doit. Le succès rencontré aussitôt par ses différentes pièces ne tient pas seulement à la grande liberté des sujets abordés, mais aussi à un réel talent de dramaturge. Il est d'autant plus regrettable que celui-ci, après 1949, n'ait plus guère eu l'occasion de donner toute sa mesure.

Le poids du destin

Lorsqu'il publie, en 1934, sa première pièce dans la Revue trimestrielle de littérature (Wenxue jikan) et adopte le nom de plume qui le rendra très vite célèbre, le jeune Wan Jiabao n'a que vingt-quatre ans. Mais il est issu d'une famille riche et cultivée, originaire du district de Qianjiang dans la province du Hubei. Il a pu ainsi recevoir à Tianjin, où résidaient son père et sa belle-mère, une bonne formation secondaire à l'école Nankai. Il y a même fait déjà partie d'une troupe de théâtre, avec laquelle il a joué, entre autres, des pièces d'Ibsen et L'Avare de Molière. Ses études supérieures, poursuivies à l'université Qinghua de Pékin, lui ont aussi permis d'acquérir des connaissances étendues dans le domaine des langues et des littératures étrangères.

Les pièces du jeune auteur dramatique, bien que profondément originales, sont, de ce fait même, pleines à la fois de souvenirs personnels et de réminiscences. Tel est notamment le cas de la première, L'Orage (Leiyu). Fondée sur le principe classique de la reconnaissance successive des personnages, censés ignorer leur véritable origine, la pièce est une tragédie à bien des égards digne de l'Antiquité ou de Racine. Mais la découverte des liens incestueux et l'issue tragique qui en découle ne sont pas seulement une façon de mettre à nouveau en scène la fatalité du destin. Elles servent aussi et surtout à faire le procès de la famille chinoise traditionnelle, qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature chinoise à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  CAO YU ou CAOYU [ TS'AO-YU ] (1905-1996)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révolution littéraire »  : […] La révolution chinoise de 1911, l'instauration de la République l'année suivante furent suivies, à brève échéance, d'une profonde révulsion culturelle que ses promoteurs appelèrent la « révolution littéraire » et qui se déclencha pendant la Première Guerre mondiale, à partir de 1917. Le principal promoteur en fut Hu Shi (1891-1962), dont les premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19247

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise

  • Écrit par 
  • Jacques PIMPANEAU
  •  • 3 494 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La modernisation »  : […] À l'intérieur de la tradition, les innovations étaient permanentes : le Yueju de Shanghai ne date que du xx e siècle et l'opéra de Pékin avec ses caractères propres ne remonte qu'au milieu du xix e . L'opéra cantonais est le premier, dès les années vingt, à avoir adopté des airs et des instruments occidentaux (on y utilise le violon et le saxophon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-la-tradition-chinoise/#i_19247

Pour citer l’article

Paul BADY, « CAO YU ou CAOYU [TS'AO-YU] (1905-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-caoyu/