Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BUNA

Nom générique de la plus importante famille de caoutchoucs synthétiques, buna vient de butadiène et de natrium (sodium, en allemand).

Le caoutchouc naturel est le polymère, de structure bien déterminée, d'un hydrocarbure insaturé, l'isoprène ou 2-méthylbuta-1,3-diène, CH2=C(CH3)–CH=CH2, c'est-à-dire le produit résultant de la mise bout à bout de plusieurs milliers de ces molécules. L'idée de départ a été de le reconstituer par synthèse à partir de ce monomère ou d'un corps semblable. L'Allemagne a inauguré ce genre de production, lors de la Première Guerre mondiale, avec le caoutchouc-méthyle, obtenu à partir du 2,3-diméthylbuta-1,3-diène. Le travail s'est développé par la suite sur le buta-1,3-diène CH2=CH–CH=CH2 polymérisé par le sodium sous anhydride carbonique, puis sur la copolymérisation du buta-1,3-diène et du stryrène (buna-S) ou, du buta-1,3-diène et de l'acrylonitrile (buna-N) en émulsion aqueuse (1927).

À la suite de l'Allemagne, les États-Unis avaient entrepris de développer industriellement des caoutchoucs synthétiques de type buna-S notamment, rebaptisé GR-S ou S.B.R. (styrene-butadiene-rubber). Dès 1941, au moment de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, la firme Firestone avait testé sur route plus de 100 000 pneumatiques en caoutchouc synthétique. En l'absence de caoutchouc naturel dont les approvisionnements étaient coupés, le S.B.R. devenait le support indispensable des grandes unités mécanisées de la Seconde Guerre mondiale.

Même après la Seconde Guerre mondiale, l'histoire des grands caoutchoucs synthétiques d'usage général, successeurs des bunas et bunas-S, reste agitée, chaque période de tension ou de conflits locaux (guerre de Corée, par exemple) réveillant des réflexes de prudence et favorisant les produits de synthèse, obtenus en définitive à partir de pétrole, aux dépens du produit naturel.

Finalement, les caoutchoucs synthétiques se sont encore développés et diversifiés et l'on sait même fabriquer le caoutchouc « naturel synthétique », mais le S.B.R. reste l'élément majeur de la famille, à côté d'autres élastomères utilisés conjointement, en particulier dans les pneumatiques.

— Fernand COUSSEMANT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur de l'École nationale supérieure de chimie de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DIÈNES & POLYÈNES

    • Écrit par Jacques METZGER
    • 2 240 mots
    • 2 médias
    ...terminal, il peut être polymérisé sous l'action de divers catalyseurs. Le butadiène fut d'abord polymérisé par le sodium, pour former un élastomère appelé Buna (butadien-natrium). La copolymérisation du butadiène et du styrène en émulsion sous l'action catalytique de peroxydes conduit à un caoutchouc synthétique...

Voir aussi