BERNARDIN DE SIENNE saint (1380-1444)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Noble siennois de la lignée des Albizzeschi, Bernardin fut en Italie le prédicateur de son siècle. Entré chez les Franciscains en 1402 à l'issue d'une maladie où il fut visité par un songe, il déploya de 1405 jusqu'à sa mort une activité aussi intense que variée au service de son ordre et d'un idéal religieux dont la coloration lui valut quelques difficultés à la cour de Rome. Il se consacra particulièrement à la réforme, toujours en question, de l'ordre auquel il appartenait, à la composition d'ouvrages de méditation et d'instruction religieuse (De la religion chrétienne en 1427, De l'Évangile éternel en 1428, Des inspirations en 1443, etc.), enfin à la prédication apostolique en Ombrie et en Toscane, où il fit ses premières armes en 1405, puis en Lombardie, en Vénétie et jusqu'à Rome. Des foules se rassemblent pour l'entendre, même sur les places publiques quand les églises s'avèrent insuffisantes : à Milan en 1417, à Florence en 1424, à Florence de nouveau et à Sienne en 1425. À Sienne encore, en 1427, il prononce, sur la place du Campo qui s'étend devant le Palais de la commune, une partie au moins des quarante-cinq sermons qui nous ont été conservés par un auditeur enthousiaste et apparemment fidèle. Bernardin ne s'aidait, en effet, pour prêcher, que de notes sommaires jetées en latin sur un feuillet, et rien n'aurait subsisté de son éloquence en langue vulgaire si un modeste artisan drapier de Sienne n'avait entrepris d'enregistrer ses paroles, « une à une » affirme-t-il, et de les transcrire le jour même de sa plus belle écriture. Hors de là ne nous sont parvenus que des résumés en langue vulgaire ou des « notes d'écoutes » en latin, dus à des témoins parfois plus vigilants qu'admiratifs.

Si les sermons de saint Bernardin (Le Prediche volgari di san Bernardino da Siena, 3 vol., Sienne, 1880-1888 ; Opera omnia, Quaracchi-Florence, en cours de publication depuis 1950) ne versent jamais dans la trivialité cocasse, qui se voulait alléchante, de ces prédicateurs populaires dont Dante avait dénoncé, un siècle auparavant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BERNARDIN DE SIENNE saint (1380-1444)  » est également traité dans :

CASINOS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les maisons de jeux de hasard : réprimer ou réglementer ? »  : […] Faut-il interdire tous les jeux d'argent et, avec eux, les établissements qui en font commerce ? Les réglementer, ou les autoriser librement ? Il n'y a pas d'État, en réalité, où le commerce des jeux d'argent soit totalement libre. Mais entre les deux positions de principe – interdire ou réglementer – les gouvernements n'ont cessé de balancer. Fait peu connu, c'est l'Inde antique qui offre le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casinos/#i_33954

FRANCISCAINS

  • Écrit par 
  • Willibrord-Christiaan VAN DIJK
  •  • 3 386 mots

Dans le chapitre « Le Moyen Âge franciscain »  : […] Le problème interne à l'organisation de l'ordre, et qui s'impose tout de suite, consiste en la difficulté pour ses membres d'être volontairement pauvres. Les frères veulent le demeurer, mais tout se ligue pour les en empêcher, et d'abord la nécessité d'asseoir leur propre expansion. Autre est la condition économique de la demi-douzaine de premiers compagnons, autre celle d'un grand ordre, adoptant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franciscains/#i_33954

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « BERNARDIN DE SIENNE saint (1380-1444) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardin-de-sienne/