ESPARTERO BALDOMERO (1793-1879)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État et général espagnol, né le 27 octobre 1793 à Granátula (Espagne), mort le 8 janvier 1879 à Logroño (Espagne).

Fils d'une famille ouvrière, Baldomero Espartero s'engage dans l'armée à quinze ans et se bat aux côtés des Espagnols dans les guerres révolutionnaires et napoléoniennes ainsi qu'aux Amériques. À la mort de Ferdinand VII, il soutient vigoureusement la régente Marie-Christine et rejoint les opposants à don Carlos. Il devient commandant en chef et, en récompense de sa victoire sur les carlistes lors de la bataille de Luchana (décembre 1836), il est nommé comte de Luchana. Plus tard, il initie les négociations qui mènent à la convention de Vergara (1839) et mettent un terme à la première guerre carliste. Ce succès vaut à Espartero le surnom de « pacificateur de l'Espagne » et le titre de duc de la Victoire. Entré en politique dès 1836, il devient chef de gouvernement à son retour à Madrid, en 1840, et choisit un cabinet de ministres en accord avec ses idées progressistes. La reine Marie-Christine préfère renoncer à la régence en octobre 1840 plutôt que d'accepter son programme de réformes. Espartero est alors nommé régent par les Cortes en mai 1841.

La régence d'Espartero révèle sa mauvaise compréhension de la politique. Le Parti progressiste manque d'unité, et quand les Cortes nomment Agustín Argüelles tuteur de la jeune Isabelle II, les protestations de Marie-Christine depuis Paris sont relayées par les modérés. Les généraux Concha et Diego de León tentent de s'emparer d'Isabelle en septembre 1841, et la sévérité avec laquelle Espartero écrase leur rébellion rend son gouvernement impopulaire. Il réprime une révolte à Barcelone en 1842 en bombardant la ville. Une révolte républicaine la même année est anéantie avec la même brutalité. En 1843, les généraux Ramón Narváez et Francisco Serrano se dressent contre Espartero et le forcent à fuir en Angleterre, où il vit jusqu'en 1849. Il rentre alors en Espagne et vit isolé à Logroño.

Espartero réapparaît en politique en 1854 pour partager le contrôle du gouvernement avec le général O'Donnell pendant une brève période de réaction progressiste. Il démissionne en 1856, mais reste un dirigeant du parti progressiste jusqu'à sa retraite en 1864. On songe à lui pour prendre les fonctions de chef d'État lors de la vacance du trône après la révolution de 1868, et on lui propose même plus tard la présidence de la première République, qu'il refuse. Le roi Amédée lui octroie le titre de prince de Vergara et le droit au titre d'altesse royale.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ESPARTERO BALDOMERO (1793-1879)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le règne d'Isabelle II »  : […] À la mort de Ferdinand (1833), Isabelle II, qui n'avait que trois ans, fut proclamée reine et Marie-Christine régente. Cette solution fut soutenue par les libéraux et combattue par les absolutistes ; ceux-ci se rallièrent à don Carlos, frère du roi défunt, qui revendiquait la couronne. Ainsi commença la première guerre carliste. Don Carlos trouva des partisans dans une bonne partie de la nobles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_35679

ISABELLE II (1830-1904) reine d'Espagne (1833-1868)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 335 mots

Reine d'Espagne (1833-1868), née le 10 octobre 1830 à Madrid, morte le 9 avril 1904 à Paris. Fille aînée de Ferdinand VII et de sa quatrième femme Marie-Christine, Isabelle est proclamée reine à la mort de son père, en 1833. Les partisans de son oncle don Carlos, écarté du trône, refusent de l'admettre comme juste héritière, et son avènement précipite le pays dans la guerre civile (première guerr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isabelle-ii/#i_35679

MARIE-CHRISTINE (1806-1878) reine d'Espagne

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 635 mots
  •  • 1 média

Fille de François I er , roi des Deux-Siciles, Marie-Christine de Bourbon épouse, en 1829, le roi d'Espagne, Ferdinand VII, plusieurs fois veuf. La première partie de son histoire est liée à ses amitiés libérales, à son influence bienfaisante en ce sens sur son royal mari, Ferdinand VII, qui, grâce à elle, proclama une amnistie qui permit à de nombreux libéraux exilés en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-christine/#i_35679

NARVÁEZ MANUEL RAMÓN MARÍA, duc de Valence (1800-1868)

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 650 mots

Surnommé, pour sa brutale franchise militaire, el Espadón de Loja (le Glaive de Loja), Ramón María Narváez fait ses premières classes sous les ordres de Francisco de Espoz y Mina, un des héros militaires issus des luttes contre les troupes de Napoléon. En 1823, il combat en Catalogne contre l'expédition française des « Cent Mille Fils de Saint Louis », commandée par le duc d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-ramon-maria-narvaez/#i_35679

PRIM JUAN (1814-1870)

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Parmi les nombreux généraux espagnols qui ont joué un rôle prépondérant dans la politique espagnole, après la guerre d'Indépendance et surtout grâce aux guerres coloniales en Amérique et aux guerres carlistes en Espagne, Juan Prim y Prats est peut-être celui qui représente le mieux le héros militaire romantique aux yeux du peuple, un peu comme s'il était le successeur du général libéral Torrijos, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-prim/#i_35679

Pour citer l’article

« ESPARTERO BALDOMERO - (1793-1879) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldomero-espartero/