AZIDOTHYMIDINE (AZT)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La molécule appelée zidovudine – appellation pharmaceutique de l’azidothymidine, abrégée en AZT – est le premier médicament doté d’une certaine efficacité contre le VIH, le virus responsable du sida. Cet analogue d’un composant de l’ADN, la thymidine, bloque en effet l’enzyme qui permet la multiplication du virus dans une cellule infectée. La molécule et ses propriétés antivirales étaient connues depuis le milieu des années 1960, mais son usage thérapeutique a été lancé au début des années 1980 pour tenter de faire face à la mortalité liée à l’épidémie de sida. Après plusieurs essais cliniques, il est établi en 1985 que la molécule augmente l’espérance de vie des malades du sida. La Food and Drug Administration (FDA) en approuve l’usage thérapeutique le 20 mars 1987. La molécule est commercialisée par Burroughs Wellcome, sous le nom de Retrovir®.

La mise au point de médicaments antiviraux est toujours difficile dans la mesure où les virus utilisent le métabolisme cellulaire pour se multiplier : de ce fait, interférer avec la multiplication virale équivaut dans la plupart des cas à interférer avec la vie cellulaire elle-même. Dans le cas particulier des rétrovirus, dont le VIH fait partie, le génome viral est de l’ARN, qui doit être copié en ADN pour que le virus puisse se multiplier. L’enzyme qui assure cette copie, la transcriptase inverse, n’existe pas dans la cellule hôte. Son blocage doit donc, en théorie, ralentir la multiplication virale sans trop perturber le fonctionnement de l’organisme. Plusieurs antirétroviraux, dont l’AZT, la ciblent donc. Cependant, l’AZT n’est pas entièrement spécifique et la molécule se révèle toxique chez l’homme, ce qui conduit à ajuster, difficilement, les doses administrées aux malades, pour obtenir un équilibre raisonnable entre effet thérapeutique et effets secondaires.

L’AZT est restée plusieurs années le seul médicament disponible dans le traitement du sida et a donc été largement utilisée en dépit de ses effets secondaires importants (nausées, anémie, faiblesse musculaire, etc.). L’apparition de nouvelles substances antirétrovirales a permis leur association avec l’AZT et la mise au point de traitements plus efficaces, moins contraignants et mieux tolérés (trithérapie depuis 1996). L’AZT n’est de ce fait plus utilisée seule.

—  Gabriel GACHELIN

Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  AZIDOTHYMIDINE (AZT)  » est également traité dans :

SIDA (syndrome immuno-déficitaire acquis)

  • Écrit par 
  • François BRICAIRE, 
  • Patrice PINELL, 
  • Yves SOUTEYRAND
  •  • 9 685 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La thérapeutique antirétrovirale »  : […] Elle est évidemment le moyen logique, majeur, qui s'impose pour les traitements futurs. Les possibilités théoriques de lutte contre le virus sont multiples puisqu'à chaque étape de son développement on peut imaginer des moyens de le combattre : inhibition de sa fixation sur les cellules cibles, inhibition de pénétration, inhibition de la transcriptase inverse, inhibition de la synthèse des protéi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sida/#i_96755

TRITHÉRAPIE DU SIDA

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 262 mots

L' azidothymidine (AZT) a été synthétisée dès 1964 dans le cadre de la recherche de nouveaux médicaments anticancéreux, mais c'est en 1985 que H. Mitsuya découvre son activité sur une culture de virus « HTLV-III ». Dès 1986, l'AZT devient le premier médicament actif dans la lutte contre le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Les années 1987 à 1995 sont marquées par le développement d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tritherapie-du-sida/#i_96755

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « AZIDOTHYMIDINE (AZT) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/azidothymidine/