ASTÉRIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Astéride : squelette

Astéride : squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Astéride : bras

Astéride : bras
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pédicellaires

Pédicellaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système aquifère

Système aquifère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Classification et évolution

Les Astérides apparaissent à l'Ordovicien. Le groupe archaïque des Somastéroïdes est considéré comme le précurseur phylétique de la classe. Il renferme des animaux pourvus d'un large disque central entouré de bras pétaloïdes, courts et trapus, dépourvus de sillons (non locomoteurs ?).

Deux autres groupes exclusivement fossiles (Platyastérides et Hémizonides) sont apparus à l'Ordovicien pour s'éteindre avant la fin des temps paléozoïques.

Trois ordres ont des représentants dans la faune actuelle. Ils se distinguent les uns des autres par les caractères de leur squelette, la localisation des papules et la structure des pédicellaires :

– Les Phanérozonides constituent le groupe le plus ancien et le plus primitif. On y range notamment les Astropecten qui hantent les fonds meubles de nos côtes, les Luidia aux couleurs chatoyantes, et pourvues d'au moins sept longs bras flexueux.

– Les Spinulosa, d'origine beaucoup plus récente, renferment les Asterina, les Solaster aux nombreux bras courts, les Palmipes dont le corps foliacé et pentagonal ne dépasse pas quelques millimètres d'épaisseur.

– Les Forcipulata sont considérés comme les formes les plus évoluées. Le type en est Asterias, commune dans toutes les mers tempérées et froides.

L'évolution des Astérides est marquée par une substitution progressive des formes « modernes » aux formes archaïques paléozoïques. Un véritable « relais faunique » (Ubaghs, 1953) semble s'être effectué entre le Permien et le Jurassique, où toutes les familles actuelles sont à peu près représentées. Toutefois, si l'évolution des Astérides est relativement bien connue et si le problème de leur origine semble résolu, leurs affinités avec les autres classes d'Éleuthérozoaires sont encore très controversées. Suivant que l'on s'attache à l'étude des formes larvaires ou à celle des animaux adultes, les Astérides sont considérées comme un groupe isolé (les Ophiures étant, dans cette hypothèse, apparentées aux Oursins) ou, au contraire, comme un groupe frère des Ophiures issu d'une même souche commune (Somastéroides ?). Cette secon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  ASTÉRIDES  » est également traité dans :

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 662 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Classification des Échinodermes »  : […] L'embranchement des Échinodermes a été divisé en deux sous-embranchements : 1) Les Pelmatozoaires (pelmat, à l'extrémité d'une tige ; zoaire, animal). Ils comprennent des Échinodermes primitifs fixés par un pédoncule aboral à l'état larvaire et fort souvent à l'état adulte. La bouche se trouve sur la même face que l'anus, entourée d'un cercle de bras. Ils ne possèdent pas d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinodermes/#i_16516

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « ASTÉRIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/asterides/