ASPERGILLOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affection commune chez l'oiseau, mais qui apparaît moins fréquemment chez l'homme ; elle est causée par le champignon ubiquitaire et habituellement saprophyte Aspergillus, spécialement Aspergillus fumigatus.

Dans la plupart des cas, l'aspergillose humaine survient primitivement dans l'oreille externe et y reste limitée (otomycose) ; l'Aspergillus peut rarement produire une maduromycose (résultant d'une implantation sous-cutanée). La forme la plus sévère de l'aspergillose est une atteinte bronchopulmonaire primitive, qui ressemble cliniquement à la tuberculose avec laquelle on la confond parfois ; les signes caractéristiques comprennent la fièvre, une forte toux et des crachats purulents parfois teintés de sang et de taches faites de mycélium (matériel fongique) blanc ou brunâtre.

Ce type d'affection a été classé comme maladie professionnelle chez les gaveurs de pigeons et de pigeonneaux.

—  Michel PRIVAT DE GARILHE

Écrit par :

  • : ingénieur-docteur, docteur ès sciences, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ingénieur E.S.C.I.L.

Classification


Autres références

«  ASPERGILLOSE  » est également traité dans :

MYCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Gabriel SEGRETAIN
  • , Universalis
  •  • 6 989 mots

Dans le chapitre « Facteurs favorisant le développement des mycoses »  : […] Beaucoup de champignons ne sont qu'accidentellement pathogènes ; on les a appelés, de façon imagée et un peu abusive, champignons « opportunistes ». Certains ne donnent que très exceptionnellement des mycoses surajoutées à d'autres affections ; d'autres sont des pathogènes très fréquents. Les plus communs sont les Candida , en particulier Candida albicans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycoses/#i_26355

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Aspergillose »  : […] L'aspergillose bronchique a été décrite en médecine par les anatomopathologistes (1842), puis par les cliniciens (Osler et Dieulafoy) ; mais ce n'est que depuis les années 1940 que son rôle est bien établi. Pourtant on en connaissait l'agent pathogène depuis 1729 : un ascomycète de la famille des Périsporiacées qui se développe sur des substances végétales ou animales en décomposition et sur les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_26355

Pour citer l’article

Michel PRIVAT DE GARILHE, « ASPERGILLOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspergillose/