CLARKE ARTHUR CHARLES (1917-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Scénariste et auteur de 2001 l'Odyssée de l'espace, Arthur C. Clarke est le fils d'un agriculteur anglais. Né à Minehead (Somerset) le 16 décembre 1917, il est obligé d'interrompre ses études à dix-neuf ans pour entrer dans l'administration des finances. Mais il était devenu amateur de science-fiction dès treize ans, construisant son propre télescope au même âge et, à quinze ans, collaborateur régulier du magazine de sa grammar school. En 1939, il est membre de la British Interplanetary Society. Mobilisé dans la Royal Air Force (1941-1946), il y devint mécanicien radio, puis instructeur radar, avant de travailler – avec le grade de capitaine – aux premiers essais d'atterrissage guidé à partir du sol. Puis, en qualité d'ancien combattant, il entre à l'université de Londres et en ressort deux ans plus tard bachelor of science (licencié) en physique et mathématiques. Dès 1946, il devient président de la British Interplanetary Society ; la même année, ses premières nouvelles paraissent dans la revue Astounding. D'emblée, Clarke est à la fois écrivain, technicien et savant : trois cordes qu'il fait vibrer de concert au poste de rédacteur en chef adjoint de Science Abstracts (1948) avant de devenir écrivain à temps plein à partir de 1951.

Pour achever son portrait, notons qu'il se passionne pour la plongée sous-marine et qu'il découvre ainsi le Sri Lanka, où il s'établit à partir de 1956. « La mer est loin derrière nous..., écrit-il. Cependant, nous ne devons pas regretter notre patrie, car nous sommes en marche vers une nouvelle patrie, infiniment plus riche encore en promesses : l'espace. Paradoxalement, c'est là que nous pourrons retrouver beaucoup de ce que nous avons perdu en quittant la mer ». (Et la lumière tue).

Clarke est un poète des fonds marins (Les Prairies bleues, 1957) et de l'espace, qui pour lui n'est pas un désert vide mais bien, à condition de s'en donner les moyens, le biotope du futur. Comme les équipements de plongée, les satellites artificiels et les fusées sont des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLARKE ARTHUR CHARLES (1917-2008)  » est également traité dans :

2001, L'ODYSSÉE DE L'ESPACE (S. Kubrick)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

Le cinéma de science-fiction a beaucoup perdu de sa vigueur et de sa vitalité, lorsque Stanley Kubrick (1928-1999) se lance dans l'aventure de 2001 : a Space Odyssey , dont le succès va redonner au genre une nouvelle vie pour plusieurs décennies. Selon Jacques Goimard, il s'agit du « premier film depuis Intolérance qui soit à la fois, une superproductio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/2001-l-odyssee-de-l-espace-s-kubrick/#i_90914

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 908 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'installation en Europe et l'épanouissement »  : […] Comme pour retrouver les ambiguïtés qui lui sont chères en s'éloignant de Hollywood, le cinéaste entreprend en Grande-Bretagne une adaptation alors jugée audacieuse : celle de Lolita (le roman de Nabokov est encore plus ou moins interdit dans nombre d'États américains). Le film ne cherche pas à rivaliser avec le style (ni même avec les évocations) du romancier. À la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-kubrick/#i_90914

Pour citer l’article

Jacques GOIMARD, « CLARKE ARTHUR CHARLES - (1917-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-charles-clarke/