Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RESTAURATION (art contemporain)

Mirage de l'immatérialité

La mise en cause, par les artistes et les théoriciens de la création contemporaine, de l'idée d'une matérialité consubstantielle aux œuvres a eu pour conséquence la relégation des matériaux au rang de préoccupation secondaire. Dans la seconde moitié du xxe siècle, l'idée d'une « dématérialisation » des œuvres, énoncée à partir de l'art conceptuel, a été en quelque sorte renforcée par un certain nombre d'évolutions technologiques concomitantes, dans le secteur de l'image notamment : d'abord avec la vidéo-projection qui, dans les années 1980, permettait de faire l'économie des moniteurs et de montrer des images seules et, plus généralement, avec l'avènement du numérique, qui dans les années 1990 augmentait sensiblement les propriétés de mobilité et de variabilité des données et parachevait l'illusion de l'immatérialité.

Cette conception dématérialisée de l'art contemporain s'est développée paradoxalement alors que les œuvres introduisaient sur le plan matériel et technique une complexité sans précédent. D'où la nécessité de développer une approche inédite et d'élaborer de nouvelles compétences, méthodes et procédures.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure d'histoire de l'art, cursus conservation-restauration des œuvres sculptées à l'École supérieure des beaux-arts de Tours
  • : conservatrice du patrimoine, chargée de l'art contemporain, Centre de recherche et de restauration des musées de France

Classification

Pour citer cet article

Marie-Hélène BREUIL et Cécile DAZORD. RESTAURATION (art contemporain) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le