ARPIN GIUSEPPE CESARI dit LE CAVALIER D' (1568-1640)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu du maniérisme romain (certains dessins de jeunesse montrent notamment l'influence des Zuccari), le Cavalier d'Arpin en prolonge d'abord la tradition avec une certaine force. À Naples, où il séjourne de 1589 à 1591, les œuvres qu'il laisse à la chartreuse de San Martino (Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament) orienteront pour un temps les peintres locaux, avant qu'ils aient la révélation du caravagisme. De retour à Rome, il donne ses meilleures œuvres à la chapelle Olgiati de l'église Sainte-Praxède (1592) et au palais des Conservateurs (Combat des Horaces et des Curiaces). Il devient le peintre officiel des papes, de Grégoire XIII à Clément VIII, et sa réputation lui vaut d'être appelé en France (1600). Dans la seconde partie de sa carrière, qu'il passe à Rome, l'ampleur cède de plus en plus à l'emphase en même temps qu'à une recherche de simplification ayant son origine dans l'esprit de la Contre-Réforme et se traduisant par des formes épurées, des couleurs blafardes (Annonciation, 1606, Pinacothèque du Vatican ; Apparition de la Vierge et de saint Jean à saint Grégoire le Thaumaturge, 1612, Sainte-Marie-Majeure). Cette orientation tient le peintre à l'écart des courants nouveaux qui s'affirment à Rome : il a pourtant connu Caravage, puisque celui-ci a travaillé chez lui au début de son séjour à Rome et qu'il a peint les trois scènes de l'histoire de Saint Matthieu pour une chapelle de Saint-Louis-des-Français dont Giuseppe Cesari lui-même a décoré la voûte. Au moment où le caravagisme bouleverse la peinture (à partir de 1610), le Cavalier d'Arpin apparaît comme le fondateur du courant classique de la peinture romaine du xviie siècle.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARPIN GIUSEPPE CESARI dit LE CAVALIER D' (1568-1640)  » est également traité dans :

JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e siècle, Abraham Janssens est un des plus intéressants peintres d'histoire du milieu anversois, ne serait-ce que par sa complexité stylistique qui le place en marge de Rubens. Il est, un moment, son seul vrai rival, comme le rapporte Sandrart, à la jonction du vieux romanisme flamand, du maniérisme tardif et du récent caravagisme plus difficilement accueilli dans les Flandres qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-janssens/#i_22278

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Rome »  : […] Le rôle fondamental joué par Michel-Ange sur la formation de la maniera et son influence sur les artistes italiens a été souligné par tous les historiens récents : le Tondo Doni (1505-1506, Offices, Florence), le carton de la Bataille de Cascina (1504), la voûte de la Sixtine (1508-1512), qui offraient une conception de l'espace tout à fait personnelle, avec une expression dramatique et dynamiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22278

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « ARPIN GIUSEPPE CESARI dit LE CAVALIER D' (1568-1640) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arpin/