SALUT ARMÉE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien connue par ses œuvres sociales auprès des déshérités, l'Armée du salut est issue du méthodisme. Son apostolat part de la conviction que, pour présenter l'Évangile à des gens dépourvus de tout, il faut d'abord leur assurer le confort minimal d'une bonne nourriture et d'une douche. Ainsi se comprend le slogan salutiste : Soup, soap, salvation (« Soupe, savon, salut »). La philanthropie n'est donc pas le but des activités de l'Armée. Il s'agit pour elle, dans et par ses œuvres charitables, de préparer un terrain favorable à l'évangélisation. Cet aspect de l'activité salutiste la relie, au-delà de ses origines méthodistes, à un ensemble exubérant d'œuvres de relèvement social et de prosélytisme caractéristiques de l'Angleterre victorienne. Par là, l'Armée du salut représente une des premières tentatives de l'époque contemporaine pour faire face au phénomène de la désaffection des classes laborieuses ou défavorisées à l'égard du christianisme.

Le fondateur de l'Armée, William Booth (1829-1912), passa son adolescence dans un quartier pauvre de la ville industrielle de Nottingham. Employé d'un prêteur sur gages dès l'âge de quatorze ans, il trouva dans son métier de nouvelles occasions de contact avec les plus défavorisés. Anglican par sa famille et sa première éducation religieuse, il se rattacha à l'Église méthodiste à l'âge de treize ans. Quelques années plus tard, il était prédicateur laïc, après avoir passagèrement subi l'influence du chartisme. Devenu pasteur par la suite, il commença à prêcher des campagnes de réveil. Mais, en 1861, il lui fallut quitter cette organisation, qui n'acceptait pas l'idée qu'il se faisait d'un ministère itinérant auprès des classes les moins favorisées. Elle acceptait encore moins que Mrs. Booth prêchât tout comme son mari, et avec autant de succès.

La rupture avec le méthodisme officiel porta le ménage Booth à une activité indépendante, bientôt fixée dans le quartier ouvrier et pauvre de l'East End londonien. Cette mission sous la tente, difficile mais menée selon les meilleures traditions [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  SALUT ARMÉE DU  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La vie de l'esprit »  : […] La religion continue d'apparaître comme un bon ciment de la société. En 1851, le seul recensement de la pratique jamais tenté au monde a démontré la déchristianisation d'une moitié de la population, parfois des trois quarts dans les centres industriels et les grandes villes. D'énormes efforts, constructions d'églises et de temples, évangélisation en plein air, dont la nouvelle Armée du salut créé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_11445

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] La crise économique a relancé d'inévitables conflits de classes. Peu préparés à des luttes sévères et victimes de la conjoncture, les syndicats sont impuissants à prévenir des réductions de salaires et des licenciements, leur idéologie comme leur appareil paraissent du coup inadaptés. Les idées socialistes, fort peu influentes malgré la présence à Londres de Karl Marx, qui y meurt en 1883, connai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_11445

Pour citer l’article

Jean SÉGUY, « SALUT ARMÉE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-du-salut/