SALAZAR ANTONIO DE OLIVEIRA (1889-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste et homme d'État portugais, né le 28 avril 1889 à Vimieiro, mort le 27 juillet 1970 à Lisbonne.

Fils du régisseur d'un domaine agricole à Santa Comba Dão, António de Oliveira Salazar fait ses études au séminaire de Viseu, puis à l'université de Coimbra. Il obtient un diplôme de droit en 1914 et commence à enseigner l'économie dans son alma mater. Après avoir participé à la fondation du Parti du centre catholique en 1921, il est élu député de Guimaraes mais donne sa démission après la première séance et retourne à l'université. En mai 1926, après le renversement du gouvernement par l'armée, Salazar se voit offrir le portefeuille de ministre des Finances qu'il refuse. En 1928, le général António Óscar de Fragoso Carmona, alors président, lui offre à nouveau le ministère des Finances mais cette fois-ci avec les pleins pouvoirs. Une fois entré en fonction, Salazar met fin à la dette publique et se lance dans une série de programmes de développement.

Salazar est nommé Premier ministre par Carmona le 5 juillet 1932 et devient l'homme fort du Portugal. Il rédige une nouvelle Constitution qui réorganise le système politique du pays selon une ligne autoritaire. Le gouvernement de Salazar est fortement influencé par les groupes catholiques, le Saint-Siège et les nationalistes. Salazar instaure un règime de discipline et d'obéissance, profondément anticommuniste et qui se consacre à redresser l'économie du pays qu'il appelle le Nouvel État (Estado Novo). L'Assemblée nationale est constituée uniquement de personnes favorables au régime et Salazar choisit lui-même ses ministres dont il supervise étroitement le travail. Personnage renfermé totalement enchaîné à sa tâche, il mène une vie austère, fuyant toutes les manifestations publiques et ne quittant jamais le pays. Les libertés politiques sont réduites, la police militaire réprime toute opposition par la torture, le bagne ou les camps de concentration.

Face aux crises provoquées par la guerre civi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  SALAZAR ANTONIO DE OLIVEIRA (1889-1970)  » est également traité dans :

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 754 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du salazarisme à l'indépendance »  : […] En mai 1926, la République portugaise est, à son tour, renversée par un coup d'État militaire qui permet l'accession au pouvoir d' António de Oliveira Salazar. Dans les années 1930, celui-ci instaure l' Estado novo (État nouveau), régime autoritaire de type fasciste, qui prend fin, le 25 avril 1974, avec la révolution des œillets, une révolte d'officie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angola/#i_35599

CAETANO MARCELO (1906-1980)

  • Écrit par 
  • Alfredo MARGARIDO
  •  • 1 401 mots

Né à Lisbonne dans une famille aux ressources très modestes (son père était instituteur), Marcelo Caetano est un élève brillant ; il s'inscrit à la faculté de droit, mais est obligé de travailler comme journaliste dans la presse catholique. Jeune rédacteur des journaux A Epoca et A Voz , Marcelo Caetano aide à préparer idéologiquement le putsch du 28 ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelo-caetano/#i_35599

CARMONA ÓSCAR (1869-1951)

  • Écrit par 
  • André DESSENS
  •  • 359 mots
  •  • 1 média

Sorti de l'École militaire portugaise à dix-neuf ans, Antonio Óscar de Fragoso Carmona gravit les échelons de la carrière militaire et devient général en 1922. En 1926, il est gouverneur d'Évora. Depuis la proclamation de la république, en 1910 , le Portugal traversait une grave crise politique et économique, marquée par l'effritement des partis, l'instabilité ministérielle à l'état endémique (sep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-carmona/#i_35599

CUNHAL ÁLVARO (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Yves LÉONARD
  •  • 673 mots

Álvaro Cunhal, leader historique et charismatique du Parti communiste portugais (P.C.P.) pendant plusieurs décennies, a incarné à la fois la lutte inlassable contre la dictature salazariste et la plus stricte orthodoxie marxiste-léniniste, hostile à toute forme de rénovation. Né le 10 novembre 1913 à Coimbra, Álvaro Cunhal, dont le père est avocat libéral, rejoint Lisbonne à l'âge de onze ans pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvaro-cunhal/#i_35599

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La dictature militaire et les prémices de l'État nouveau (1926-1945) »  : […] Le 28 mai 1926, un soulèvement militaire dirigé par le général Gomes da Costa met un terme à la république. Le caractère dictatorial, antilibéral et antidémocratique du mouvement s’affirme et perd progressivement le soutien du centre, de la gauche et même d’une partie de la droite républicaine. À la république se substitue une dictature militaire en quête de projet politique. En 1928, António de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_35599

SPÍNOLA ANTÓNIO RIBEIRO DE (1910-1996)

  • Écrit par 
  • Anthony BELLANGER
  •  • 964 mots
  •  • 2 médias

Né le 11 avril 1910, António Ribero de Spínola a été successivement vice-chef d'état-major des armées sous la dictature et éphémère président de la République en 1974 au lendemain de la révolution des œillets  ; sa vie a épousé les soubresauts de l'histoire moderne du Portugal. António Sebastião Ribeiro de Spínola est militaire dans l'âme. Ses études, son engagement et sa carrière l'ont conduit d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-ribeiro-de-spinola/#i_35599

Pour citer l’article

« SALAZAR ANTONIO DE OLIVEIRA (1889-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-de-salazar/