ADAMS ANSEL (1902-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une tradition remise en quetion

Tant aux États-Unis qu'en Europe, l'indéniable influence d'Ansel Adams est diversement jugée, et sa mort, en 1984, n'interrompt pas les polémiques à propos de sa conception de la photographie. Adams est le fondateur d'une tradition, fortement structurée aux États-Unis, qui, si elle n'évite que rarement le formalisme, s'est imposée, entre autres dans les universités, par sa qualité technique irréprochable. Qu'ils pratiquent le noir et blanc dans la veine du maître ou la couleur comme certains artistes de la nouvelle génération, les tenants de la photographie straight – ou « pure » – suivent des règles très strictes. Tous travaillent avec des chambres de grand format, comparables dans leur principe à celles qui étaient utilisées au xixe siècle et qui, même si elles sont de manipulation moins pratique, donnent des négatifs d'une remarquable définition et d'une extrême précision que ne peuvent fournir les appareils habituels. Ces négatifs de grande qualité sont tirés avec énormément d'attention, en respectant, comme à la prise de vue, les principes du zone system établi en 1941 par Ansel Adams. Ce système qui autorise des rectifications en fonction des différentes intensités de lumière, permet ainsi d'obtenir sur un même cliché des détails dans les zones d'ombre profonde et des gris légers dans les zones très lumineuses et recelant peu de matière.

Cette maîtrise technique n'empêche pas une grande uniformité d'inspiration qui, parfois, atteint la fadeur. Les plus brillants de ses élèves n'ont pas évité cet écueil, et Ansel Adams lui-même n'y a pas échappé dans certaines de ses séries. La plupart des images s'attachent au paysage dans une approche extrêmement respectueuse, avec une prédilection toute particulière pour les grands espaces, le monumental et une nature toujours glorifiée. Ce parti pris produit fréquemment des séries d'images aussi ennuyeuses que parfaites techniquement. Adams est évidemment fortement attaqué, dans son passéisme, par les tenants d'une photographie plus soucieuse de relations dynamiques vis-à-vis du réel et de pr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Mount Williamson-Clearing Storm, Ansel Adams

Mount Williamson-Clearing Storm, Ansel Adams
Crédits : Ansel Adams/ d.r.

photographie

Miytake photographié par A. Adams

Miytake photographié par A. Adams
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADAMS ANSEL (1902-1984)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. Aux États-Unis, Bill […] Lire la suite

WHITE MINOR (1908-1976)

  • Écrit par 
  • Romeo MARTINEZ
  •  • 565 mots

Photographe américain, professeur, essayiste, critique, fondateur de la revue Aperture , son ascendant dérivait à la fois de son charisme de maître à penser, de son culte de l'art photographique, du caractère et du style de son œuvre. Né à Minneapolis (Minnesota), Minor White fait des études de lettres et de sciences naturelles dans sa ville natale. Diplômé de botanique, se voulant poète, il vient […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « ADAMS ANSEL - (1902-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ansel-adams/