WHITE MINOR (1908-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe américain, professeur, essayiste, critique, fondateur de la revue Aperture, son ascendant dérivait à la fois de son charisme de maître à penser, de son culte de l'art photographique, du caractère et du style de son œuvre. Né à Minneapolis (Minnesota), Minor White fait des études de lettres et de sciences naturelles dans sa ville natale. Diplômé de botanique, se voulant poète, il vient à la profession de photographe avec la passion de l'amateur et l'expérience pratique de la photo scientifique.

Chargé des services photographiques de la Works Progress Administration à Portland (Oregon), puis appelé à diriger un des centres d'activités artistiques (Grand Art Center) créés par cet État, il est amené à donner des cours de photographie. C'est ainsi qu'il découvre son goût pour l'enseignement. En sept ans de métier, White a pratiqué tous les genres à l'exception du portrait et du reportage. En revanche, c'est un technicien rompu à tous les travaux de laboratoire, et un remarquable réalisateur d'expositions.

Envoyé sur le front du Pacifique en 1942, démobilisé en 1945, il reprend sans tarder ses études d'histoire de l'art à Columbia University et travaille, sous les ordres de Beaumont Newhall, au département de la photographie du musée d'Art moderne de New York. En 1946, Minor White rencontre finalement Alfred Stieglitz, le maître qu'il admire sans jamais l'avoir approché, mais qu'il connaît par ses hauts faits : Photo Secession, Galerie « 291 », et par l'œuvre parue dans la célèbre revue Camera Work. Il diffusera la notice d'« équivalence » formulée par Stieglitz.

La même année il est chargé de cours de photographie à la California School of Fine Arts de San Francisco. Il y rejoint Ansel Adams, qui dirige les travaux pratiques, et l'assiste dans son enseignement du Zone system (une méthode de contrôle optique et sensitométrique de l'image), que ce dernier avait mis au point, et qu'il adoptera à son tour. La période californienne de White est probablement la plus féconde de son existence d'artiste. Là, il bâtit son esth [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WHITE MINOR (1908-1976)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'intériorisation »  : […] Minor White est le représentant le plus typique du troisième courant d'influences qui a marqué la photographie créatrice contemporaine. En 1952, il fonde, avec Walter Chappell et quelques autres, la revue Aperture consacrée au problème de la communication en photographie. Mû par un intense désir de fusion spirituelle avec la nature et avec Dieu, White en vient à saisir une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_33221

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les tendances suivantes »  : […] Après le reflux de la « photographie pure », une simplification commode consistait à classer les photographies en « abstraites » et « réalistes ». Mais cette simplification violait la relation phénoménologique inévitable : il n'y a pas deux rapports différents de l'œil (ou de l'objectif) à un objet quel qu'il soit. Tout au plus se vit-il supplanté par sa propre image à raison de la « déformation » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_33221

Pour citer l’article

Romeo MARTINEZ, « WHITE MINOR - (1908-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/minor-white/