ANNIE LEIBOVITZ. A PHOTOGRAPHER'S LIFE, 1990-2005 (exposition)

Inaugurée en octobre 2006 au Brooklyn Museum of Art à New York, l'exposition Annie Leibovitz, A Photographer's Life, 1990-2005 a été présentée du 18 juin au 14 septembre 2008 à la Maison européenne de la photographie, à Paris. L'installation, qui comprenait plus de 200 tirages, permettait de mieux connaître une œuvre atypique, mêlant un travail éditorial sur la vie publique internationale aux images de l'intimité de la photographe.

Née en 1949 à Waterbury, dans le Connecticut, Annie Leibovitz passe son enfance et son adolescence dans les diverses bases d'affectation de son père, officier de l'U.S. Air Force. Ses études secondaires achevées, elle s'oriente vers la peinture en s'inscrivant au San Francisco Art Institute. Sa vocation de photographe viendra des cours de prise de vue et de laboratoire qui sont intégrés à sa formation. L'étudiante, sur laquelle s'exercent les influences fortes d'Henri Cartier-Bresson, de Robert Frank ou de Jacques-Henri Lartigue, s'oriente très vite vers les portraits de célébrités. Avec la photographie du couple John Lennon-Yoko Ono, Annie Leibovitz réalise, en 1971, sa première couverture pour le magazine Rolling Stone dont elle devient bientôt la photographe attitrée. La collaboration durera de 1970 à 1983, soit une douzaine d'années pendant lesquelles s'enchaîneront 142 couvertures et de nombreux reportages, aussi divers que la démission de Richard Nixon en 1974 ou la tournée en 1975 des Rolling Stones. L'année 1983 marque le début d'une collaboration féconde avec le magazine de mode Vanity Fair. La photographe y est encore sollicitée dans le domaine de la communication institutionnelle, et on la retrouve aussi bien auprès des musiciens que des compagnies de ballets. Sa production et sa propre image d'artiste bénéficieront tout au long de sa carrière de la fréquentation des nombreux créateurs dont elle fait le portrait et partage l'amitié. La carrière commerciale d'Annie Leibovitz connaît le même succès à travers la réalisation de campagnes de communication pour American Express, Gap ou Givenchy.

Le passage à Vanity Fair et au monde de la mode marque aussi le début de la notoriété. Une première monographie, Annie Leibovitz : Photographs (1983), rassemble le travail réalisé au cours des années passées au magazine Rolling Stone, en même temps qu'il impose le nom de la photographe comme celui d'une personnalité de la scène artistique new-yorkaise dont elle contribue à façonner l'image. L'éditeur Harper Collins publie en 1991 sa première rétrospective, Annie Leibovitz Photographs, 1970-1990, dans laquelle apparaît le mélange informel d'images personnelles, voire privées, et de photographies publiées dans la presse. Des ouvrages plus ciblés constitueront autant d'événements de librairie reconnus comme les chapitres de l'œuvre en construction d'une des signatures les plus représentatives de la photographie américaine. Olympic Portraits (1996) célèbre la beauté d'athlètes photographiés en pose ou en action, avec une échappée esthétique vers les symboles qui entourent l'univers du sport ; Women (1999) rassemble des portraits extrêmement divers de femmes du monde politique, artistique, ouvrier, rural ou citadin dans des factures elles-mêmes variées ; American Music (2003) procède du même éclectisme, avec la liberté que permet la description d'un milieu artistique, voire marginal. D'inspiration plus homogène, le livre Nudes publié à Paris par Kamel Mennour en 2002 développe une recherche esthétique sur le corps féminin qui se veut proche de la sculpture classique avec des modèles choisis dans les milieux de la mode, du sport ou de la danse.

Annie Leibovitz, A Photographer's Life, 1990-2005 a donné lieu à l'édition d'un ouvrage monumental[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Hervé LE GOFF, « ANNIE LEIBOVITZ. A PHOTOGRAPHER'S LIFE, 1990-2005 (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Voir aussi