FRANQUIN ANDRÉ (1924-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme l'autre grand nom de la bande dessinée belge, Hergé, c'est dans la commune bruxelloise d'Etterbeek qu'est né André Franquin, le 3 janvier 1924. Il est engagé en 1944 par un studio de dessins animés, où il fait la connaissance de Morris et Peyo, les futurs créateurs, respectivement, de Lucky Luke et des Schtroumpfs. Grâce à l'amitié de Jijé (Joseph Gillain), alors pilier du journal Spirou, Franquin et Morris livrent à partir de 1946 à cet hebdomadaire (où Peyo les rejoindra en 1952) leurs premières bandes dessinées. En 1948-1949, Franquin se joint à Jijé et Morris pour un long périple aux États-Unis et au Mexique. Sous la houlette de Jijé se constitue l'« école de Marcinelle » (du nom du faubourg de Charleroi où se trouve le siège du journal) ; ses membres ont en commun un sens du mouvement (hérité de leur formation dans le dessin animé) et le goût du détail graphique qui ajoute au comique (Franquin ira jusqu'à introduire à l'intérieur de chacune de ses signatures, en bas de planche, un gag en rapport avec l'histoire). Au contraire, dans Tintin, principal concurrent de Spirou, s'épanouit au même moment autour d'Hergé un graphisme réaliste, plus épuré et plus statique, celui de l'« école de Bruxelles ».

De Spirou à Gaston Lagaffe

André Franquin n'a que vingt-deux ans quand Jijé lui abandonne la principale bande dessinée du journal Spirou, créée en 1938 pour le lancement de l'hebdomadaire par le Français Rob-Vel (Robert Velter). En 1946, succédant donc à Rob-Vel et à Jijé, André Franquin est chargé de la série Spirou et Fantasio, qu'il animera jusqu'en 1968. Aux deux héros, les journalistes Spirou et Fantasio, et à leur écureuil, Spip, il ajoute des personnages secondaires qui deviennent essentiels, comme le comte de Champignac (1951), savant génial, son double maléfique, Zorglub (1959), et surtout le Marsupilami (1952), animal fabuleux, originaire de Palombie – État fictif d'Amérique du Sud ; il est à la fois mammifère et ovipare, comme le révèle l'épisode Le Nid des marsup [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRANQUIN ANDRÉ (1924-1997)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La domination belge »  : […] dynamique, influencé par le dessin animé. C'est ce que l'on appellera « l'école de Marcinelle » (faubourg de Charleroi où se trouve le siège de l'hebdomadaire). Les principaux représentants en sont André Franquin (1924-1997), dessinateur de la série Spirou et Fantasio de 1946 à 1968 et créateur de l'antihéros Gaston Lagaffe en 1957, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_92833

GREG MICHEL REGNIER dit (1931-1999)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 696 mots

À Spirou, il écrit de 1958 à 1963 six scénarios de Spirou et Fantasio pour André Franquin, créant notamment un personnage secondaire marquant, le dangereux mégalomane Zorglub. À Vaillant, il est son propre dessinateur pour Les As (1963-1973), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greg/#i_92833

ROB-VEL ROBERT VELTER dit (1909-1991)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 596 mots

accepte de vendre son héros à Dupuis. Jijé le reprend alors, adjoint son ami Fantasio à Spirou, puis passe le flambeau à Franquin qui transforme la série en chef-d'œuvre et la lance réellement ; de fait, elle est aujourd'hui surtout connue grâce à lui. « Spirou » signifie écureuil en wallon, mais l'écureuil (créé par Rob-Vel) qui l'accompagne s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rob-vel/#i_92833

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « FRANQUIN ANDRÉ - (1924-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-franquin/