FRANQUIN ANDRÉ (1924-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une référence de la bande dessinée

En effet, jusqu'à la fin de sa vie (il mourra à Saint-Laurent-du-Var des suites d'un infarctus, le 5 janvier 1997), André Franquin aura porté un regard sans complaisance tant sur le monde que sur lui-même. En dépit d'un très grand succès populaire (l'album Gaffe à Lagaffe ! s'est vendu à 650 000 exemplaires durant les quatre semaines qui s'écoulèrent entre sa parution et le décès de l'auteur) et de l'estime de l'ensemble de la profession (« c'est un grand artiste, à côté duquel je ne suis qu'un piètre dessinateur », avait dit Hergé), André Franquin ne connut jamais la sérénité. À plusieurs reprises, sa carrière fut interrompue par des dépressions nerveuses. Comme beaucoup d'humoristes, il était profondément pessimiste. Dans un entretien accordé en 1993 à Alain Fourment pour le journal Le Monde, il avait déclaré : « Avec l'âge, et malgré des moments de bonheur, je suis convaincu que l'homme ne sera jamais civilisé. Il se détruira. Mais il ne faut pas trop le dire, il ne faut pas gâcher la vie des gens. »

Le graphisme d'André Franquin a été beaucoup imité, en premier lieu par ceux qui ont poursuivi ses séries (le premier fut Dino Attanasio, continuateur de Modeste et Pompon dès 1959). En 1968, les aventures de Spirou et Fantasio furent confiées à Jean-Claude Fournier, à qui succédèrent de nombreux auteurs, mais cette survie a toujours paru quelque peu artificielle. Le Marsupilami, absent de tous ces épisodes (Franquin, et non les éditions Dupuis, étant propriétaire du personnage), a fait l'objet, sous le parrainage de son créateur, d'une série indépendante, lancée en 1987 par le dessinateur Batem. Quant à Spirou, il a inspiré Le Petit Spirou, conçu en 1983 par le scénariste Tome et le dessinateur Janry : une descendance étrange puisqu'il s'agit d'un enfant facétieux, porté sur la gaudriole, et dont le seul point commun avec son aîné est de porter un uniforme de groom.

André Franquin, qui était si enclin à la modestie et à l'autodénigrement, est devenu l'un des auteurs de référence de la bande dessinée. Ses séries Gaston Lagaffe et Spi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRANQUIN ANDRÉ (1924-1997)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 293 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La domination belge »  : […] C'est dans ce contexte répressif que va pouvoir s'épanouir en France la production belge. En effet, depuis les années 1930, les auteurs belges ont su développer une bande dessinée à mi-chemin entre le conformisme des séries françaises et l'atmosphère adulte des séries américaines. Leurs héros sont lancés dans des aventures pleines de mystère, de suspense et d'humour, mais ils sont asexués, moralem […] Lire la suite

GREG MICHEL REGNIER dit (1931-1999)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 696 mots

Né le 5 mai 1931 à Ixelles, une commune de Bruxelles, Michel Regnier s'est fait connaître dans le monde de la bande dessinée sous le pseudonyme de Greg. Excellent dessinateur de séries comiques, il est avant tout un scénariste extrêmement prolifique, à l'aise dans tous les genres, de l'histoire loufoque au récit réaliste. Dans un mode d'expression où il y a pléthore de dessinateurs doués mais peu […] Lire la suite

ROB-VEL ROBERT VELTER dit (1909-1991)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 596 mots

Né à Paris le 9 février 1909, Robert Velter dessine très jeune, mais sa première passion est la mer. Il veut devenir officier de marine et se retrouve steward à bord des plus célèbres transatlantiques de l'époque. En 1934, lors d'un séjour aux États-Unis, il fait la rencontre déterminante de sa vie, celle de Martin Branner, le créateur de Winnie Winkle (en français : Bicot), qui l'embauche dans so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « FRANQUIN ANDRÉ - (1924-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-franquin/