PELVIENNE ANATOMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La loge périnéale

Peu développée en hauteur, elle se caractérise par sa situation superficielle, sous-cutanée, et sa richesse en tissu musculaire et en formations érectiles. Une ligne transversale passant par les tubérosités ischiatiques subdivise la loge en deux régions triangulaires.

Le périnée postérieur

Le périnée postérieur est axé sur le canal anal et son sphincter strié. Portion terminale du rectum, le canal anal possède une muqueuse malpighienne, dessinant à sa partie moyenne des replis, les colonnes et valvules de Morgagni. La sous-muqueuse contient de nombreuses veines hémorroïdales. Leur hypertrophie constitue les hémorroïdes, affection fréquente, source d'hémorragies ou de thrombose. La musculature lisse du canal s'épaissit en un sphincter interne, involontaire, qui contrôle en permanence la continence rectale. Le sphincter strié, épais anneau musculaire, s'étend en hauteur du releveur de l'anus jusqu'à la peau périnéale. Il est commandé par un nerf volontaire, le nerf anal, qui intervient lors de la défécation. L'orifice anal occupe la ligne médiane, près du coccyx. Il déprime la peau périnéale qui prend un aspect plissé et pigmenté. Une fente, l'espace ischio-rectal, sépare le canal anal de la paroi pelvienne. Elle est comblée par une épaisse nappe graisseuse traversée par les artères et veines hémorroïdales inférieures et par le nerf anal.

Le périnée antérieur

Le périnée antérieur, uro-génital, est circonscrit par l'arc osseux des deux branches ischio-pubiennes. Il diffère sensiblement selon le sexe.

Loge périnéale

Dessin : Loge périnéale

Loge périnéale 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez l'homme, une formation érectile médiane, le corps spongieux, s'appuie par une dilatation, le bulbe, sur le noyau fibreux central du périnée. Cette gaine cylindrique se dirige en avant ; elle est rejointe sous la symphyse par deux formations érectiles latérales, les corps caverneux. Chaque corps caverneux s'insère par une extrémité effilée, la racine, sur le bord inférieur de l'ischion ; il se dirige vers la symphyse, où s'applique sur le versant latéral correspondant du corps spongieux. Ainsi se forme la racine de la verge, qui naît du périnée antérieur. Le corps caverneux est partiellement entouré par un muscle, l'ischio-caverneux.

L'urèthre est l'élément vertical du périnée antérieur ; il traverse la fente uro-génitale, pénètre dans le corps spongieux qui l'engaine jusqu'au gland. Le noyau fibreux central donne insertion aux muscles superficiels du périnée. L'un, médian, est le sphincter strié de l'urèthre ; il l'entoure depuis la prostate jusqu'au bulbe spongieux. Deux autres, les bulbo-caverneux, bordent le versant correspondant du corps spongieux. Latéralement s'étendent deux muscles superposés, les transverses profond et superficiel du périnée ; ils gagnent l'ischion. On décrit ainsi trois étages musculaires au niveau du périnée antérieur, chacun possédant son aponévrose :

– Le plan profond est le releveur de l'anus, recouvert par l'aponévrose pelvienne, ou périnéale profonde.

– Le plan moyen comprend le transverse profond et le sphincter strié à l'urèthre ; une solide lame fibreuse, l'aponévrose moyenne du périnée, le sépare du plan superficiel sous-jacent. Elle s'insère sur les branches ischio-pubiennes, se dirige horizontalement vers la ligne médiane ; elle se fixe sur le corps spongieux ; elle est responsable des ruptures de l'urèthre dans les fractures du bassin avec disjonction de la ceinture pelvienne.

– Le plan superficiel groupe les muscles transverses superficiel, bulbo-caverneux et ischio-caverneux, recouverts en bas par une aponévrose sous-cutanée, l'aponévrose superficielle du périnée. À ce niveau s'implantent les bourses.

Le périnée antérieur contient des branches de l'artère honteuse interne et le nerf périnéal, branche du nerf honteux interne.

Chez la femme, deux conduits traversent verticalement le périnée antérieur et débouchent verticalement dans une dépression sagittale, le vestibule de la vulve : l'urèthre en avant, le vagin en arrière. Le vagin sépare le corps spongieux en deux bulbes vestibulaires, insérés en arrière sur le noyau fibreux central ; ils se réunissent en fer à cheval devant l'urèthre. Les corps caverneux, très petits, se soudent sous la symphyse pubienne pour former le clitoris. Les muscles et aponévroses sont identiques à ceux de l'homme, mais interrompus sur la ligne médiane par la fente vestibulaire. La vulve est l'organe génital externe du périnée ; elle comprend le vestibule et les deux replis cutanés, la grande et la peti [...]

Loge périnéale

Dessin : Loge périnéale

Loge périnéale 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Bassin osseux

Bassin osseux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Diaphragme pelvien de l'homme

Diaphragme pelvien de l'homme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Loge périnéale

Loge périnéale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Petit bassin féminin

Petit bassin féminin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PELVIENNE ANATOMIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Anatomie comparée »  : […] La présence d'un abdomen sous-entend l'existence d'un seul plan de symétrie (les oursins n'ont pas d'abdomen) et une certaine différenciation dans le sens cranio-caudal. Chez les Vertébrés, l'abdomen s'isole et se différencie d'autant plus que l'on s'adresse à une classe plus élevée en organisation. Dans le cas des Vertébrés inférieurs, le tronc, qui abrite les viscères à l'intérieur de la cavité […] Lire la suite

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 451 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le rectum »  : […] Le rectum est la partie inférieure du tube digestif. Long de 15 centimètres, le rectum aligne deux portions bien différentes, séparées l'une de l'autre par un muscle, le releveur de l'anus. La partie supérieure ou pelvienne, partiellement péritonisée, est une dilatation, l'ampoule rectale, large, qui succède au côlon sigmoïde. Elle se situe devant le sacrum, en arrière de la vessie et de la prost […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude GILLOT, « PELVIENNE ANATOMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anatomie-pelvienne/