AMMAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du royaume hachémite de Jordanie, Amman est située sur une zone de plateaux du nord-ouest du pays à une altitude moyenne de 900 mètres. Cet ancien centre des Ammonites, qui la nommaient Rabbath Ammon, connut une période de prospérité à la période gréco-romaine, sous le nom de Philadelphia. La ville actuelle en conserve d'imposantes ruines et un théâtre restauré à l'époque contemporaine. Amman déclina après la conquête musulmane et ne reprit vie que lorsque l'Empire ottoman y installa des Circassiens en 1878 et qu'une gare du chemin de fer du Hedjaz y fut construite en 1903.

En 1921, l'émir Abdallah choisit la ville pour capitale de l'émirat de Transjordanie, au détriment de Salt, jusqu'alors principal centre administratif de la région. Dès lors, son destin est lié à la géopolitique du Moyen-Orient. La ville accueille une première vague de réfugiés palestiniens en 1948, puis une deuxième en 1967. Le pouvoir jordanien favorise le développement d'Amman, au détriment des villes palestiniennes de Cisjordanie. Pendant la guerre du Liban, elle bénéficie du redéploiement d'activités délocalisées de Beyrouth. En 1990, sa population enfle encore, lors du retour des expatriés consécutif à la guerre du Golfe. Amman devient ensuite une ville refuge pour les élites de l'Irak sous embargo. Après l'invasion de ce pays par les troupes américano-britanniques en 2003, une vague massive d'exilés irakiens s'installent plus ou moins durablement dans la capitale jordanienne.

Amman compte aujourd'hui, dans son enveloppe municipale élargie en 2006, environ 2,4 millions d'habitants, soit 39 p. 100 de la population jordanienne et 42 p. 100 des emplois. En réalité, la ville forme, avec Zarqa et Russeifah, une conurbation qui regroupe plus de 50 p. 100 des Jordaniens. Outre les fonctions de commandement politique, Amman concentre 67 p. 100 des emplois des services haut de gamme aux entreprises, un secteur hôtelier très développé, et des activités hospitalières et médicales à vocation régionale ; 72 p. 100 des emplois de l'industrie sont localisés dans les gouvernorats d'Amman et Zarqa. Depuis 2003 et à la faveur de la guerre civile en Irak, Amman est une capitale par défaut pour ce pays.

Cette très forte croissance démographique a entraîné un développement urbain considérable. Le site d'origine est une vallée encaissée parcourue par le Wadi Amman, dans laquelle se niche le balad, principale centralité commerciale aujourd'hui paupérisée. On y trouve la grande mosquée construite en 1924 et les principaux monuments. La ville s'est rapidement étendue sur les collines pentues qui l'encadrent. Le bâti, d'une grande unité, se compose de villas et de petits immeubles couverts de pierre blonde, entre lesquels s'intercalent des cyprès, les minarets des mosquées et quelques clochers d'églises.

Un urbanisme inspiré du modèle de la garden city a défini le cadre de la croissance, à travers un réseau de voies rapides pour automobiles et un zonage qui, s'il privilégie globalement les faibles densités, accentue la ségrégation sociale. À l'ouest se mêlent les quartiers résidentiels aisés et les grands hôtels, les administrations, les quartiers d'affaires, les ambassades, l'université de Jordanie. L'est et le sud de la ville, où se regroupent des camps palestiniens (Jabal Hussein, Wihdat) et des quartiers informels, sont beaucoup plus populaires. Les deux secteurs urbains communiquent mal, faute de transports collectifs performants. Ils s'opposent aussi par leur mode de vie : à l'ouest, niveaux de vie et d'instruction plus élevés, occidentalisation ostentatoire (usage fréquent de l'anglais, développement de malls). Dans les quartiers populaires, la pauvreté est forte, les familles plus nombreuses, le costume arabe beaucoup plus fréquent (jalaba, keffieh).

Depuis les années 2000, les projets de la municipalité du Grand Amman favorisent l'attraction de capitaux étrangers, notamment du Golfe ou d'Irak, par la densification urbaine (tours, corridors urbains), notamment dans le quartier d'Abdali, conçu comme un nouveau centre-ville. Ces projets et les inégalités persistantes posent aussi le problème du développement durable d'une agglomération confrontée à un sévère rationnement de l'eau potable, qu'on prévoit d'acheminer depuis l'aquifère fossile de Disi, à 300 kilomètres au sud.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMMAN  » est également traité dans :

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Le passé est partout présent sur les deux rives du Jourdain. C'est dans le désert de Ram, où l'on a retrouvé des sites de villages néolithiques (VI e et VII e  millénaires), que l'homme s'est d'abord fixé, menant une vie sédentaire. Au II e  millénaire, autour des points d'eau, au sud-ouest de Maan, il pratique une agriculture déjà élaborée. C'est l'époque d'Abraham, établi avec ses compagnons da […] Lire la suite

Les derniers événements

2 février 2020 Royaume-Uni. Attaque terroriste contre des passants.

Amman, qui portait un engin explosif factice, avait été récemment libéré de prison où il purgeait une peine pour des délits liés au terrorisme islamiste. Le Premier ministre Boris Johnson promet des « réformes fondamentales » dans le traitement des auteurs d’actes terroristes. […] Lire la suite

4-27 juin 2018 Syrie. Offensive contre le bastion rebelle de Deraa.

Amman informe les insurgés du Front du Sud, qui défendent le secteur, qu’ils ne leur apporteront pas de soutien militaire. Deraa est située dans l’une des « zones de désescalade » concernées par un accord conclu en juillet 2017 par la Russie, les États-Unis et la Jordanie. Le 14, Washington s’était pourtant déclaré prêt à adopter des « mesures fermes […] Lire la suite

4-13 juin 2018 Jordanie. Mouvement de contestation.

Amman. Le 13, le Qatar débloque à son tour une aide de 500 millions de dollars en faveur de la monarchie hachémite. […] Lire la suite

14-27 juillet 2017 Israël. Violences après la fermeture de l'esplanade des Mosquées.

Amman est attaqué à son domicile par un Jordanien. Il tue son agresseur, ainsi qu’une autre personne. Il sera évacué vers Jérusalem avec l’ensemble du personnel de l’ambassade. Le 24, soumis à de multiples pressions diplomatiques, notamment de la part du roi Abdallah II de Jordanie, le Premier ministre Benyamin Nétanyahou décide le retrait des portiques […] Lire la suite

3-6 février 2015 Jordanie. Vives réactions à l'assassinat du pilote prisonnier de l'État islamique.

Amman en 2005-2006. L'échange d'un des deux contre le pilote prisonnier avait été envisagé. Le roi Abdallah II se rend dans le village natal de Maaz al-Kassasbeh qui est érigé au rang de martyr. Les jours suivants, l'aviation intensifie sa participation aux frappes de la coalition en Syrie. Le 4 également, les autorités libèrent le prédicateur Abou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric VERDEIL, « AMMAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amman/