ESQUIROS ALPHONSE (1812 ou 1814-1876)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète romantique et écrivain socialiste Alphonse Esquiros n'est pas, comme il le prétend, un enfant du peuple ; il est issu d'une famille de chirurgiens et de négociants. Il reçoit au petit séminaire de Saint-Nicolas une éducation religieuse qui le marquera fortement. Admirateur passionné de Victor Hugo, il fréquentera de façon intermittente le Petit Cénacle, qui réunit autour de Pétrus Borel les plus célèbres des Jeune-France. Un recueil poétique, Les Hirondelles (1834), où Esquiros développe en préface son rêve d'une République des lettres, est favorablement accueilli par la critique malgré le petit nombre d'exemplaires vendus. Message d'espérance, ces pièces d'inspiration nettement panthéiste s'efforcent de préserver le fragile équilibre qui hanta la pensée romantique, entre bonheur individuel, idéal socialiste et mystique chrétienne. De 1834 à 1837, des articles donnés à la France littéraire et à La Presse, où Victor Hugo le fait entrer comme spécialiste des sciences occultes, rendent compte des activités multiples de l'écrivain : il fréquente les salons littéraires, les théâtres, les cours de la Sorbonne, les soirées et les bals de l'impasse du Doyenné, où Camille Rogier accueille dandys, artistes et demoiselles d'opéra. Cette période agitée et un peu déréglée engendre un roman philosophique, Le Magicien (1837), traduisant ses angoisses et ses incertitudes : soif d'absolu, tentations de la science et de la beauté idéale qui se soldent par la mort ou le suicide des héros, espérance finale de rédemption par l'amour de la femme.

Esquiros collabore au recueil des Belles Femmes de Paris (et de province), d'inspiration galante, publie une Charlotte Corday (1840) où une documentation historique extrêmement soignée n'empêche ni l'élément romanesque ni une philosophie mi-chrétienne mi-révolutionnaire par laquelle l'auteur tente de surmonter ses contradictions. À cet ouvrage, très bien accueilli, succède la première partie d'une trilogie, Les Vierges folles, pamphlet déclamatoire en fa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « ESQUIROS ALPHONSE (1812 ou 1814-1876) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-esquiros/