LAMARTINE ALPHONSE DE (1790-1869)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ni un langoureux, un pleurard (Musset), un « femmelin » (Proudhon), en poésie, ni, en politique, un rêveur égaré hors de son domaine et promis aux fatales bévues de l'innocent, c'est un mâle, au contraire. Lamartine, compromis, certes, en littérature, par un vocabulaire désuet, mais un « voyant », dira Rimbaud ; et, dans les affaires civiques, un de ces très grands qui, les pieds sur terre, savent en même temps regarder loin et apprécier avec exactitude la quantité d'idéal que l'on doit pouvoir, à telle date, insérer dans le réel ; un de ceux qui, « politiques » pour de bon, restent « mystiques ». Composé inusuel, haï des médiocres ; on lui cassera les reins, à ce gêneur !

Haute figure, Lamartine. Un méconnu, un homme qui n'aura pas cessé de se poser le problème des problèmes : le sens de la vie, le secret du monde. Il a opté, il a parié, quant à lui, dans le noir, résolu à faire comme si Dieu existait, à travailler comme si l'effort humain servait à quelque chose.

Lamartine

Lamartine

photographie

Alphonse de Lamartine (1790-1869), poète romantique et homme politique français. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Noblesse oblige

Alphonse de Lamartine naît à Mâcon. Il sera l'aîné de six enfants ; pas de frère, rien que des sœurs ; à lui, par conséquent, tous les châteaux et toutes les terres de la famille.

Lorsqu'il a vingt ans (il a fait ses études à Belley, chez les Jésuites déguisés en Pères de la Foi), il souhaiterait entrer dans la diplomatie ou, comme avait fait son père, dans l'armée ; mais l'usurpateur Napoléon est sur le trône, et les Lamartine sont des royalistes intransigeants. Au retour du roi, il est admis dans les gardes du corps, s'abstient, en 1815, de suivre Louis XVIII à Gand, se réfugie en Suisse, puis en Savoie, reprend son service après Waterloo, mais démissionne bientôt et cherche un autre emploi. En 1820, enfin (il va avoir trente ans), il parvient à se glisser dans la carrière, publie ses Méditations et se marie, épousant une Anglaise catholique, Mary-Ann Birch.

Ils auront deux enfants qui mourront l'un et l'autre, le premier (Alphonse) à vingt mois, le second (Julia) à dix ans et demi. Lamartine publie de Nouvelles Méditations (1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé et docteur ès lettres, ancien professeur aux universités du Caire, de Bordeaux, de Lyon et de Genève

Classification


Autres références

«  LAMARTINE ALPHONSE DE (1790-1869)  » est également traité dans :

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le gouvernement provisoire »  : […] Dès l'abdication du roi et l'arrivée de manifestants à la Chambre des députés, l'insurrection devient révolution : dans la confusion, Ledru-Rollin, Lamartine, Dupont de l'Eure, qui étaient députés, repoussent l'éventualité d'une régence et annoncent l'établissement d'un gouvernement provisoire comprenant, outre leurs noms, ceux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_11638

FIGURE MODERNE DE SPARTACUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 163 mots

1850 Première de la pièce Toussaint-Louverture. Lamartine y utilise le personnage emblématique de Spartacus pour incarner la révolte des esclaves noirs des Antilles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figure-moderne-de-spartacus-reperes-chronologiques/#i_11638

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 695 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Châteaux et ateliers : les deux romantismes »  : […] de Montmorency, on y fait des retraites spirituelles très fréquentées. C'est là que Lamartine a passé la semaine sainte de 1819, qu'il a écrit l'une de ses Méditations et puisé l'inspiration religieuse d'une partie de son œuvre. Il n'est d'ailleurs pas le seul à avoir fréquenté ce lieu de rencontre spirituelle : Montalembert, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_11638

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 718 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme romantique »  : […] sombre domine les poèmes de Byron, de Shelley, de Keats, de Kleist, de Pouchkine ou de Nerval, tous morts jeunes et tragiquement fascinés par leur propre fin. Selon Lamartine, l'homme est un « dieu tombé qui se souvient des cieux » (« L'Homme », in Méditations poétiques). Ce dieu déchu ne peut être reconduit jusqu'à la conscience de sa part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_11638

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poète et son œuvre »  : […] Quand Lamartine, dans son quarantième Entretien du Cours familier de littérature, rendit célèbre Mistral, le poète avait vingt-neuf ans. « Un grand poète épique est né », « un vrai poète homérique », s'écriait Lamartine. « Nous ne te demandons d'où tu viens ni qui tu es : Tu Marcellus eris », ajoutait-il, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-mistral/#i_11638

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, « tutelle armée et civilisatrice ». Nerval poursuit sa quête de l'absolu et de la femme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_11638

PARNY ÉVARISTE DÉSIRÉ DE FORGES DE (1753-1814)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 395 mots

Le chevalier, puis vicomte de Parny a été surnommé en son temps le Tibulle français. Il est connu comme poète érotique et fit parfois scandale par ses tableaux licencieux. Il est né à l'île Bourbon, comme son contemporain Bertin. Parny appartient à l'une des premières familles de la colonie. À l'âge de neuf ans, on l'envoie en France faire ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parny-evariste-desire-de-forges-de/#i_11638

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 136 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Premières discussions, premiers errements »  : […] photographiques » au format breveté, qui abaissent énormément le prix de revient du « portrait ». L'exemple de Lamartine est tout à fait intéressant, si l'on songe à l'influence réelle que peut avoir son Cours familier de littérature (1859) où, ayant d'abord prononcé un vigoureux anathème contre la photographie, il change subitement d'avis après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_11638

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question de l'intertexte »  : […] de la prose au rythme guilleret de l'octosyllabe. Le vers, dans le Voyage en Orient de Lamartine, est le lieu du murmure, de l'intimité douloureuse, quand la prose est celui du récit public. Dominé par la figure rhétorique de la variatio, le récit de voyage est toujours sous l'accusation de gratuité et de contingence. « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_11638

Pour citer l’article

Henri GUILLEMIN, « LAMARTINE ALPHONSE DE - (1790-1869) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-de-lamartine/