IZETBEGOVIĆ ALIJA (1925-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Père de la Bosnie indépendante et symbole de la résistance durant le siège de Sarajevo, Alija Izetbegović aimait à se présenter comme un musulman modéré et un pacifiste.

Il est né le 8 août 1925 à Bosanski Samac dans une famille de la bourgeoisie musulmane de Bosnie. Contrairement aux autres signataires des accords de Dayton, à l'automne de 1995, le Croate Franjo Tudjman et le Serbe Slobodan Milošević, Alija Izetbegović n'a jamais été titiste. Avocat de profession, il n'a jamais dissimulé ses convictions religieuses et son anticommunisme. D'ailleurs, dès son accession à la présidence de la Bosnie indépendante, il supprima les symboles commémorant les victoires des partisans antifascistes.

En 1943, il entreprend des études supérieures à Sarajevo et milite dans l'organisation Mladi musulmani (« Jeunes Musulmans ») liée aux Frères musulmans égyptiens et proche du régime collaborateur croate oustacha et de l'occupant allemand.

Après la dissolution de Mladi musulmani à la libération, Alija Izetbegović entre dans l'association culturelle musulmane Preporod (« Renaissance »). En 1946, le régime titiste ferme les écoles coraniques, les tribunaux islamiques et les associations culturelles musulmanes. Il est emprisonné une première fois, de 1946 à 1948, avant d'être condamné en 1951 à trois nouvelles années, pour « activités subversives ».

La publication en 1970 de sa fameuse Islamska deklaracija (Déclaration islamique) lui vaudra encore quelques mois de prison en 1972. Ces trois condamnations durcissent son engagement. En 1982, deux ans après la mort de Tito, il publie L'Islam entre l'Est et l'Ouest. Ce nouvel ouvrage le mène devant un tribunal en juillet 1983, avec douze autres co-inculpés, pour « propagande hostile, activités panislamiques, liens avec l'Iran et tentative de transformer la Bosnie en un État islamique ». Condamné à quatorze ans de prison, il est finalement libéré en 1988.

En mai 1990, il fonde à Sarajevo le Parti de l'action d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Les derniers événements

Bosnie-Herzégovine. Victoire des nationalistes aux élections législatives. 6 octobre 2002

, le Parti démocratique serbe (S.D.S.) arrive en tête, avec 37 p. 100 des suffrages, devant le Parti des sociaux-démocrates indépendants (24,8 p. 100); dans la Fédération croato-musulmane, le Parti d'action démocratique (S.D.A., musulman nationaliste) de l'ancien président Alija Izetbegović devance, avec 32 […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Victoire des partis nationalistes aux élections générales. 11 novembre 2000

, le Parti social-démocrate de Zlatko Lagumdzija, antinationaliste, qui réalise le meilleur score, ne parvient toutefois pas à s'imposer nettement face au Parti d'action démocratique (S.D.A.) de l'ancien président Alija Izetbegović et au Parti pour la Bosnie-Herzégovine de Haris Silajdzić, ancien Premier ministre transfuge du S.D.A., tous deux nationalistes. […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Progression de l'opposition multiethnique aux élections législatives. 8 avril 2000

. obtient la majorité absolue dans son fief de Tuzla et la majorité relative à Sarajevo, Gorazde et Zenica. Le Parti pour la Bosnie-Herzégovine, centriste, de l'ancien Premier ministre Haris Silajdzić progresse également. Le Parti d'action démocratique – nationaliste – d'Alija Izetbegović demeure […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Résultats mitigés aux élections générales. 12-13 septembre 1998

modérés. Ainsi, Zviko Radisić, un socialiste, remplace Momcilo Krajisnik, proche de Radovan Karadzić, comme représentant de la République serbe (R.S.) au sein de la présidence collégiale aux côtés du Croate Ante Jelavić, soutenu par Zagreb, et du Musulman Alija Izetbegović […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Élections législatives en République serbe de Bosnie. 22-23 novembre 1997

du président yougoslave Slobodan Milšsević, obtient 9 élus et le Parti des sociaux-démocrates indépendants, favorable à Biljana Plavsić, deux députés. Les réfugiés expulsés des territoires serbes, qui votaient dans la Fédération croato-musulmane, élisent 16 candidats du Parti d'action démocratique du président bosniaque Alija Izetbegović et 2 du Parti social-démocrate. Aucune majorité ne se dégage de ce scrutin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « IZETBEGOVIĆ ALIJA - (1925-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alija-izetbegovic/