PETIT ALEXIS-THÉRÈSE (1791-1820)

Physicien français, Alexis-Thérèse Petit est né à Vesoul le 2 octobre 1791 et mort prématurément à Paris le 21 juin 1820. Après de brillantes études au lycée de Besançon, Petit entre major de sa promotion à l'École polytechnique en 1807. Répétiteur puis professeur à Polytechnique, il soutient sa thèse en 1811 et y effectue des recherches sur la thermométrie et les lois du refroidissement avec son collègue Pierre-Louis Dulong. En 1818, ils déterminent les coefficients de dilatation cubique de divers métaux et montrent qu'ils dépendent linéairement de la température. En 1819, ils établissent la loi sur les chaleurs spécifiques qui porte leurs noms. Leur méthode expérimentale consiste à comparer les temps que différents corps mettent à perdre un degré par refroidissement dans le vide. Cette loi indique que le produit de la chaleur spécifique d'un solide par son nombre atomique est indépendant de la nature du solide, ou selon les propres termes de Dulong et Petit, que « les atomes de tous les corps simples ont exactement la même capacité pour la chaleur ».

Avec son beau-frère François Arago, Petit étudie la variation de l'indice de réfraction d'un corps avec sa température.

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  PETIT ALEXIS-THÉRÈSE (1791-1820)  » est également traité dans :

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 166 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La détermination des masses atomiques »  : […] applicable à la détermination des masses atomiques fut proposée dès 1819 par Dulong et Petit : tous les atomes ont même capacité calorifique, c'est-à-dire qu'ils requièrent la même quantité de chaleur pour parcourir le même échauffement, ou, en d'autres termes, la masse atomique d'un corps est inversement proportionnelle à sa chaleur spécifique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_9996

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « PETIT ALEXIS-THÉRÈSE - (1791-1820) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexis-therese-petit/