DOVJENKO ALEXANDRE PETROVITCH (1894-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de paysans ukrainiens, Dovjenko appartient à la première génération du cinéma soviétique, celle d'Eisenstein, de Poudovkine, de Donskoï. Théoricien, esthéticien avant d'être réalisateur, il a traité comme ses émules les thèmes fondamentaux de l'art engagé : la révolution et la collectivisation. La Terre (Zemlia, 1929-1930), probablement son chef-d'œuvre, constitue une manière de synthèse de sa personnalité et de son style. Foncièrement lyrique, ce poème filmique célèbre tout à la fois la communion de l'homme avec la nature et la rencontre privilégiée d'un tempérament avec les idéaux marxistes : « Ce que Dovjenko exprime avec une franchise brutale, simpliste mais passionnée, c'est le sentiment de participer à une prodigieuse aventure collective, d'être une partie d'un tout, de s'identifier à l'ordre nouveau, expression supérieure d'un grand ordre naturel » (L. Marcorelles). S'il se soucie peu de psychologie individuelle — ses héros sont monolithiques —, il a le cœur et le style épiques ; son rythme a l'enthousiasme de l'espérance, sa plastique est d'un visionnaire inspiré, et sa vitalité se manifeste dans l'humour parfois breughélien qui traverse et rafraîchit son souffle héroïque. Dovjenko passa sans difficulté du muet au parlant — Chostakovitch notamment lui prêta son concours — et du noir et blanc à la couleur.

La Terre, A. Dovjenko

La Terre, A. Dovjenko

photographie

Dans La Terre (1929-1930) d'Alexandre Dovjenko, l'hymne à la nature et la célébration du nouvel ordre communiste se fondent en un seul poème épique. 

Crédits : De Agostini

Afficher

La Montagne au trésor (Zvenigora, 1928) forme une sorte de geste légendaire de l'Ukraine, des Vikings au communisme ; L'Arsenal (1929), Aerograd (1935), Chtchors (1939) chantent la lutte finale qui doit faire aboutir l'âge d'or du socialisme, évoqué dans Mitchourine (La Vie en fleur, 1949) ainsi que dans Le Poème de la mer ; interrompu par la mort de l'auteur, celui-ci fut achevé par sa femme, qui fut aussi sa collaboratrice, Youlia Solntzeva.

—  Hubert HARDT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DOVJENKO ALEXANDRE PETROVITCH (1894-1956)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La vague soviétique »  : […] Le cinéma avait été en Russie, avant la révolution de 1917, ce qu'il était partout : un divertissement. Lui aussi avait eu ses vedettes, ses stars, mais non ses créateurs. Il demeurait sagement à la remorque des cinémas américain et scandinave. Particulièrement théâtral, il n'avait pas toujours la chance d'être entre les mains d'un Stanislavsky. Florissant pendant la guerre de 1914-1918, parce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17227

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La période du « peu de films » »  : […] L'après-guerre et les dernières années de Staline sont aussi désastreuses pour le cinéma que pour la culture et tout le pays. Le signal est donné avec la résolution du Comité central de septembre 1946, interdisant la seconde partie d' Ivan le Terrible , ainsi que des films de Poudovkine, Loukov, Kozintsev et Trauberg, dont l'association est définitivement rompue. Le film off […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_17227

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « DOVJENKO ALEXANDRE PETROVITCH - (1894-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-petrovitch-dovjenko/