SCRIABINE ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1872-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une conception mystique de la musique

Entre 1904 et 1906, Scriabine tint un journal dans lequel il nota ses idées et ses réflexions philosophiques. La réalité lui apparaissait alors comme un complexe de sensations et le monde extérieur comme le résultat de l'activité créatrice. On sait qu'il avait lu la Clef de la théosophie et la Doctrine secrète de Hélène Petrovna Blavatzky, mais rien ne prouve qu'il ait jamais adhéré à la Société théosophique, même s'il fréquentait à Bruxelles plusieurs théosophes comme le linguiste Émile Sigogne et le peintre symboliste Jean Delville, auteur d'un livre, La Mission de l'art, et de la page de titre d'inspiration théosophique de Prométhée (Le Poème du feu), ébauché en 1909 à Bruxelles. Scriabine n'avait pas assisté à l'échec de la première exécution de son Poème de l'Extase à New York, le 11 décembre 1908. Conscient de la valeur de son œuvre, il avait accepté le fiasco avec une complète indifférence, car tous ses efforts étaient alors consacrés à la réorganisation complète de son univers sonore, afin de le rendre conforme aux buts fantastiques poursuivis sans relâche : la création d'une œuvre d'art total, magique, qui conduirait ses participants à l'extase collective et produirait le miracle de leur transformation spirituelle. Sous l'apparence statique des grands accords synthétiques de Prométhée, déroulés tantôt horizontalement, tantôt échafaudés en grands blocs monolithiques, se devine une dimension spirituelle qui commande à chaque instant au travail d'écriture. De même, la présence d'un clavier à couleurs dont les chromatismes accompagnent le vertige des sons selon des correspondances secrètes crée un climat sonore où l'on pressent des tourbillons sidéraux qui transcendent le temps. La pensée qui commande à l'élaboration d'une telle œuvre repose essentiellement sur la vision grandiose d'un monde en vibration constante, régi par la sympathie mutuelle des choses, d'un univers donc où « tout est lié, où tout est vibration ». Ainsi Scriabine entend-il agir « comme par magie » sur tout ce qui existe au moyen d'une œuvre parfaite, f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de la musique à l'Université de Paris-IV-Sorbonne, docteur en musicologie, docteur d'État ès lettres

Classification

Autres références

«  SCRIABINE ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1872-1915)  » est également traité dans :

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La relativité des dissonances »  : […] La résolution des appoggiatures, entre autres, peut demeurer sous-entendue. C'est là une innovation enivrante, incalculable dans ses conséquences. Elle consacre la valeur absolue de la beauté de la matière sonore. Mais la notion même de dissonance devient de plus en plus floue. Des grappes de sons que le musicien classique eût considérés comme antagonistes seront acceptées comme de savoureuses sy […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 370 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( Prélude, choral et fugue ), Chabrier préfère la truculence et l'in […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Glinka et la musique russe moderne »  : […] Pour créer une école nationale, Glinka a fait des emprunts à l'Occident, surtout à l'Italie, qu'il a longuement visitée et beaucoup aimée, et à l'Allemagne – il a fait des études à Berlin, sous la direction de Siegfried Dehn (1799-1858), un élève de Beethoven. À la première, il devait le goût des mélodies bien chantantes, qu'il a transmis à ses successeurs ; à la seconde, une science de l'harmonie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Manfred KELKEL, « SCRIABINE ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH - (1872-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-nikolaievitch-scriabine/