DOUGLAS-HOME ALEXANDER FREDERICK (1903-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Descendant d'une fort ancienne dynastie écossaise, qui lui vaut, en 1951, d'hériter du titre de quatorzième comte de Home, Alexander Frederick Home brise cette continuité. Mort à quatre-vingt-douze ans, le 9 octobre 1995, dans le Berwickshire où il s'était retiré, il n'est en effet alors que pair viager, avec le seul titre de lord Home of the Hirsel qui lui fut conféré en 1974 : entre-temps, en 1963, bénéficiant du très opportun Peerage Act, il avait pu renoncer à sa pairie et accéder au poste de Premier ministre du Royaume-Uni, réservé de fait, depuis 1902, aux roturiers, seuls habilités à s'exprimer devant les Communes. Sous son nouveau patronyme de sir Alec Douglas-Home, il occupa pendant quelque onze années le siège de député de Kinross, après avoir, de 1931 à 1951, à l'exception de la coupure de l'“ère socialiste” de 1945-1950, représenté la circonscription de Lanark.

Cet aristocrate, passé par le moule de la célèbre école privée d'Eton et de l'université d'Oxford, avait très naturellement trouvé sa place dans le parti conservateur ; il avait été remarqué par Neville Chamberlain qui, entre 1937 et 1940, en avait fait un chargé de mission parlementaire auprès de lui pour les affaires de politique étrangère et l'avait emmené à Munich ; en 1945, Anthony Eden, alors ministre des Affaires étrangères, le nomme sous-secrétaire d'État, poste qu'il occupera quelques mois. Ses qualités lui valent, après le retour au pouvoir des tories en 1951, d'occuper des fonctions ministérielles variées, d'abord aux Affaires écossaises puis, de 1955 à 1960, aux Relations avec le Commonwealth, tout en jouant de plus en plus le rôle de porte-parole du cabinet à la Chambre haute, où, dès 1960, il préside le groupe parlementaire de son parti. Appelé par le Premier ministre Harold Macmillan aux Affaires étrangères (1960-1963), il le sert avec brio dans la période délicate du grand tournant de la décolonisation africaine, de la gestion de l'élargissement d'un Commonwealth dont la République sud-africain [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  DOUGLAS-HOME ALEXANDER FREDERICK (1903-1995)  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'âge des désillusions »  : […] Les années 1960 ont été celles de bien des déceptions, mais aussi de retournements significatifs et des progrès d'une conception humaine des relations sociales. En annonçant, au Cap, en 1961, qu'« un vent du changement » s'était levé sur l'Afrique, Harold Macmillan entendait mettre ses auditeurs devant l'alternative de l'abandon de l' apartheid ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_21937

Pour citer l’article

Roland MARX, « DOUGLAS-HOME ALEXANDER FREDERICK - (1903-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-frederick-douglas-home/