SIMONIN ALBERT (1905-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris, rue Riquet, Albert Simonin, fils d'une modiste et d'un artisan spécialisé dans les fleurs artificielles, suit les cours de l'école communale de la rue de Torcy et obtient un certificat d'études à douze ans. Orphelin à seize ans, il travaille dans la bijouterie, tout en fréquentant les bals populaires de l'époque : le Balcon, le Balajo, la Grande Roue, de même que les music-halls de quartier : le Petit Casino, Bobino, l'Européen. En 1925, incorporé dans un régiment du génie, à Angers, il y suit l'école de pyrotechnie, est promu artificier de première classe et consacre tous ses loisirs à la lecture. Rendu à la vie civile, il devient bientôt journaliste sportif. Le virus de l'écriture ne l'abandonnera plus.

Certains démêlés avec la justice l'incitent à quitter la France pour l'Espagne, puis la Belgique où il s'exile pendant deux ans. Revenu à Paris en 1930, Simonin se « range des voitures » en devenant chauffeur de taxi, métier qui lui permet de connaître à fond Paris et sa faune clandestine. En collaboration avec Jean Bazin, il écrit un livre anecdotique haut en couleur, Voilà Taxi ! qui, publié chez Gallimard, manque de peu le Prix populiste 1935. Marcel Sauvage procure alors aux deux complices une chronique bihebdomadaire dans L'Intransigeant, « Le billet de l'homme de la rue » où l'argot est utilisé à jet continu. D'autres collaborations suivent, à Détective et à Voilà.

Nous sommes en 1939. La guerre interrompt la double activité de Simonin, qui se retrouve typographe-metteur en pages et marié. La guerre finie, il découvre la Série noire, lancée dès 1945 par Marcel Duhamel, et pense qu'il saurait bien « en faire autant ».

Son premier essai dans le genre, élaboré en 1951, est publié à la fin de février 1953. Il s'agit de Touchez pas au grisbi qui, préfacé par Pierre Mac Orlan et suivi d'un glossaire argotique, décroche le prix des Deux-Magots et se vend à 250 000 exemplaires.

Le cinéma s'empare aussitôt de cette histoire : Touchez pas au grisbi, admirablement filmé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SIMONIN ALBERT (1905-1980)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'école française »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, le roman noir américain va influencer beaucoup de romanciers français et, plus tard, les générations des années 1970-1980. Mais les vrais pères du « néo-polar » sont sans aucun doute Léo Malet (1909-1996) et Frédéric Dard (1921-2000). Ancien surréaliste, Malet, en 1941, avait commencé à écrire, sous pseudonymes américains, des récits censés se dérouler aux États- […] Lire la suite

LES TONTONS FLINGUEURS, film de Georges Lautner

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 984 mots

Les Tontons flingueurs est devenu un film culte au cours des années 1980 et 1990 à la suite de ses multiples diffusions à la télévision, à la grande surprise de son réalisateur, Georges Lautner : « Pourquoi aujourd'hui plusieurs générations peuvent-elles se réciter les dialogues de Michel [Audiard] ? Pourquoi le „gugusse de Montauban“ est-il devenu l'égal du Mexicain, „une épée“ ? À vrai dire, j […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel LEBRUN, « SIMONIN ALBERT - (1905-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-simonin/