HOUTIN ALBERT (1867-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historien du catholicisme français contemporain, activement mêlé à la crise moderniste. Né à La Flèche, de parents boulangers, élève du petit séminaire d'Angers, novice bénédictin à Solesmes, prêtre du diocèse d'Angers en 1901, Albert Houtin fut aussitôt nommé professeur d'histoire au petit séminaire. Ses recherches sur l'origine du diocèse et sur saint René, qui en aurait été le premier évêque, lui valurent de graves difficultés avec son évêque et, en 1901, le conduisirent à Paris, où il entra peu à peu en rapport avec les principaux représentants du mouvement moderniste. Pendant cinq ans (1904-1909), il assura au Siècle, quotidien radical de Paris, la rubrique des affaires religieuses ; et, jusqu'en 1912, année où il quitta définitivement la soutane, il se considéra comme « franc-tireur au service de l'Église ».

Son évolution religieuse, liée à son expérience laïque, fut un long et douloureux détachement de la foi chrétienne, et même, à la fin de sa vie, de toute croyance religieuse. Si sa situation matérielle le lui avait permis (elle fut celle d'un petit fonctionnaire jusqu'à la veille de sa mort), il aurait consacré toutes ses forces à « démythiser » l'Église, son histoire, son fonctionnement et ses hommes, sur lesquels il ne cessait d'accumuler des notes. Il a malgré tout laissé une œuvre historique importante — et plus connue que citée —, centrée sur la crise religieuse contemporaine. Il s'y montre soucieux d'échapper à la « piperie des attitudes et des mots », et désireux de dévoiler l'« organisation du mensonge pieux ». Si cette œuvre souffre d'une certaine étroitesse de vue, elle vaut par la précision de son information et par la curiosité psychologique qui l'anime : Houtin est un passionné d'« âmes religieuses », dont la mouvante complexité ne cesse d'étonner sa rigueur intransigeante. Ainsi s'explique qu'il ait eu avec Loisy, auquel il fut très lié, un conflit profond et significatif qui dépasse toute querelle de personnes.

Il a raconté son expérience en deux volumes autobiographiques (1926 et 1928), où figure une bibliographie détaillée de ses travaux.

—  Émile POULAT

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  HOUTIN ALBERT (1867-1926)  » est également traité dans :

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées reçues et, corrélativement, du « régime intellect […] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile POULAT, « HOUTIN ALBERT - (1867-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-houtin/