TOURAINE ALAIN (1925- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1925, normalien agrégé d'histoire et diplômé de l'E.H.E.S.S., Alain Touraine a forgé sa vocation de sociologue au moment où la France s'engageait dans la reconstruction et dans une grande modernisation industrielle. Ses travaux de sociologie du travail ont été guidés par un double refus : celui de la sociologie fonctionnaliste américaine, incarnée alors par Talcott Parsons, et celui d'un marxisme dominé par le Parti communiste dont un grand nombre de jeunes intellectuels français étaient plus ou moins proches. L'analyse des diverses formes de conscience ouvrière associées aux transformations du travail industriel, notamment en France aux usines Renault puis au Chili, cherchait à comprendre comment les sociétés se produisent elles-mêmes à travers leurs conflits, leurs modes de négociation et d'organisation.

Au milieu des années 1960, le travail de Touraine prit une inflexion structurée par deux grands thèmes, celui de la société post-industrielle et celui des mouvements sociaux. Dans La Société post-industrielle (1969), Touraine analyse l'entrée dans un type de société, dominé par la mobilisation de la connaissance et de l'information transformant à la fois la culture et la structure des rapports sociaux, la nature des classes dirigeantes et celle des mouvements contestataires. Dans Production de la société (1973), il développe une théorie générale de l'action et des mouvements sociaux qui trace un programme de recherche sur les nouveaux mouvements sociaux qui le mobilisera, avec son équipe, jusqu'au milieu des années 1980. À l'aide d'une méthode particulière, l'intervention sociologique, il s'agit de savoir dans quelle mesure diverses luttes sociales mettent en cause les modes de domination et de développement du nouveau type de société qui s'arrache à la société industrielle déclinante. Durant cette période, d'importantes études seront aussi consacrées au mouvement Solidarité en Pologne et à l'Amérique latine.

À partir de l'ouvrage Le Retour de l'acteur (1984) et surtout de Critique de la modernité (1992), la sociologie de Touraine s'organise autour de la notion de sujet et prend un ton plus éthique en s'interrogeant sur les conditions d'affirmation de l'individu comme sujet dans un monde social semblant de plus en plus régi par des systèmes techniques et économiques. Plutôt que de chercher un mouvement social capable d'incarner de nouvelles luttes de classes, Touraine tente de dégager la manière dont le sujet individuel parvient à s'arracher aux contraintes, aux images et aux mécanismes qui le réduisent soit à l'héritage de ses identités, soit à la rationalité de ses intérêts. En s'efforçant de montrer que la démocratie et l'acteur social ne sont pas totalement sociaux, Touraine s'éloigne de plus en plus nettement de la tradition sociologique, qu'elle soit critique ou plus conservatrice, et met en cause la représentation de la vie sociale par la notion de société – conçue comme un système intégré autour de ses valeurs, de ses normes, de ses conflits – et, pour le dire plus nettement, la sociologie qui a représenté l'État-nation en termes de société.

Du concept de conscience ouvrière à celui de sujet en passant par les mouvements sociaux, Touraine a pensé la production de la vie sociale, non pas seulement comme un conflit opposant des intérêts sociaux, mais comme une tension entre une capacité d'action et une subjectivité autonomes, et des formes d'organisation assurant l'intégration d'un système. Cette tension est définie comme l'historicité de la vie sociale, comme le processus endogène de formation des cultures et des rapports sociaux conduisant progressivement à éloigner la sociologie de la description des institutions et des organisations sociales. On peut considérer que des études portant sur la conscience ouvrière à celles consacrées au sujet en passant par l'analyse des nouveaux mouvements sociaux, cette pensée s'est progressivement radicalisée en s'éloignant d'une sociologie classique dans laquelle le social commande totalement l'expérience des acteurs. Cette construction théorique et cette vision de la vie sociale ne se réduisent pas à un point de vue philosophique opposant seulement la « liberté » des sujets au « détermin [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TOURAINE ALAIN (1925- )  » est également traité dans :

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 718 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intervention sociologique et les mouvements sociaux »  : […] Une autre forme d'intervention sociologique est pratiquée depuis plus de vingt ans par les équipes réunies autour d'Alain Touraine. La perspective consiste ici à faire surgir d'une situation, d'un groupe localisé, d'une action collective, des explications, justifications, revendications susceptibles de comprendre et légitimer un mouvement social, au moyen d'entretiens de groupes composés de lea […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Georges Friedmann, Pierre Naville et Alain Touraine »  : […] La naissance de la sociologie du travail proprement dite est associée au nom de Georges Friedmann (1902-1977). Dans l'entre-deux-guerres, ce jeune philosophe d'obédience marxiste s'était attaché, contre les contempteurs spiritualistes du progrès, à penser le monde industriel nouveau qu'il espérait alors en construction dans la jeune Union soviétique, mais aussi, à certains égards, aux États-Unis. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DUBET, « TOURAINE ALAIN (1925- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-touraine/