WALĪD II AL- (708/09-744) calife omeyyade (743)

Prince et poète arabe d'origine syrienne. Bien que fils du calife umayyade Yazīd, Al-Walīd II ne lui succéda pas directement car son oncle Hishām devint souverain des musulmans. Al-Walīd n'accéda au trône qu'en 743 et pour peu de temps, car il fut assassiné en 744.

C'est un des personnages les plus controversés et les plus attachants de la littérature arabe. Les uns n'ont voulu voir en lui qu'un prince débauché, livré à ses passions, indigne du pouvoir ; les autres soulignent qu'il fut un des premiers et grands novateurs de la poésie arabe. Au demeurant, il n'y a là rien d'inconciliable. Mais il faut corriger ce qu'il peut y avoir de partial et d'exagéré dans l'une et l'autre attitude. Écarté du pouvoir en 724 par son oncle, Al-Walīd se plonge en effet dans des plaisirs effrénés. Il cède aux injonctions de son tempérament et vit en compagnie libertine. Vers 734, il quitte la cour califale et partage son temps entre le désert, où il se livre à sa passion de la chasse, et des résidences seigneuriales où se déroulent quelques orgies retentissantes. Il s'entoure de poètes, de chanteurs, de bouffons. Les belles femmes, artistes ou hétaïres, se joignent aux agapes. Devenu calife, il ne change rien à ses habitudes, au contraire. Sa cour accueille les poètes et les musiciens les plus célèbres de l'époque. Damas est tenu pour un lieu de perdition et le commandeur des croyants pour le responsable de cet état de fait. Un coup de force militaire y met fin.

Quelques années plus tard, la dynastie ‘abbāside prend le pouvoir et noircit à dessein le portrait des califes umayyades pour justifier son coup de force. Les arguments ne lui manquent pas. Mais l'ordre établi a des valeurs dont l'innocence reste à prouver. Si Al-Walīd scandalisa, il inquiéta aussi, pour des raisons qu'il convient au moins de citer. Face au rigorisme réel ou simulé, il a élevé un culte à une forme de liberté et au rejet de toute contrainte. Ce seigneur féodal a sans aucun doute aussi désiré passionnément retrouver l [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WALID II AL- (708/09-744) calife omeyyade (743)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] Rabī‘a célèbre ses victoires galantes d'aristocrate mekkois, alors que surtout le calife al-Walīd donne la parole à tout désir en des vers qui pourraient être attribués à Abū Nuwās ? En vérité, le clivage s'est produit rapidement entre une poésie qui va progressivement se ritualiser, se fixer dans une sorte d'a-temporalité du langage, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_15093

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « WALĪD II AL- (708/09-744) calife omeyyade (743) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-walid-ii/