MUTANABBĪ AL- (915-965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On peut dire de la poésie arabe classique qu'elle a cessé d'évoluer dès le iiie siècle de l'hégire (ixe siècle de l'ère chrétienne). Les grands monuments de la production archaïque, notamment les mu‘allaqāt ont imposé des normes qui seront, dans l'ensemble, respectées pendant plus d'un millénaire. Recensés, mis par écrit et souvent retouchés par les érudits du iie siècle, ils sont le fondement d'une poétique qui caractérise fortement la culture arabe. Les œuvres de grands créateurs du iie siècle tels que Baššār b. Burd, al-‘Abbās b. al-Aḥnaf, Abū Nuwās ouvrent à la création des voies nouvelles. Ils adoptent un langage et une écriture propres à traduire le lyrisme d'une sensibilité moderne. Leur tentative n'échoue pas : elle ne trouve pas de successeurs qui tirent les leçons de leur expérience. Leurs audaces et leur originalité vont se diluer dans les formes de poésie légère, élégante et raffinée, mais sans génie ni vigueur, que pratiquent d'aimables paroliers de salon.

Par contre, la poésie d'apparat, composée de panégyriques, de thrènes, de satires, etc., fait définitivement triompher un art classique mis au point par des hommes comme Abū Tammām, al-Buḥturī ou Ibn ar-Rūmī. Au ive siècle, al-Mutanabbī recueille leur héritage et les rejoint dans la gloire. Sa personnalité, son réel talent, sa maîtrise souveraine de la langue ont fait qu'il a toujours été considéré comme l'un des plus grands poètes des lettres arabes et très certainement comme le plus majestueux d'entre eux.

Du poète révolté au panégyriste de cour

Abū ṭ-Ṭayyib Aḥmad b. al-Ḥusayn al-Ǧu‘fī, dit al-Mutanabbī, ou l'« homme qui se prétend prophète », est né à Kūfa en 303/915, dans une famille très humble, originaire de l'Arabie du Sud. Le principal événement de sa jeunesse est la mise à sac de sa ville natale, en 312 puis en 316, par l'insurrection qarmate. Le qarmatisme, né dans les milieux alides de Kūfa vers la fin du iie siècle, est un mouvement sociopolitique dont l'idéologie marqua profondément le poète. D'une doctrine et d'une organisation complexes, on retiend [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MUTANABBI AL- (915-965)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] En vérité, il était difficile de lutter contre l'influence de Bagdad, qui s'exerçait par l'intermédiaire des pèlerins et des voyageurs d'un côté, des immigrés en Espagne de l'autre. Parmi ces derniers, le plus célèbre est Ziryāb (173-243/789-857) qui, arrivé à Cordoue en 206/821, y introduisit la musique irakienne et, en matière de soins corporels, de vêtements, de cuisine ou d'usages mondains, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14669

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « MUTANABBĪ AL- - (915-965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mutanabbi/