AHMET PACHA (mort en 1497)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom d'Ahmet pacha (Aḥmad pacha, Ahmet pa,sa) évoque un tournant important de la littérature turque, puisqu'on le considère comme le père de la poésie ottomane. C'est sous Mehmet II le Conquérant (1432-1481) que le turc devient la langue littéraire officielle, mais l'arabe et surtout le persan l'emportent sur le turc, qui devient parler populaire. Avec Ahmet pacha et jusqu'au grand Bāki, le genre poétique du dīwān ne va cesser de s'affirmer. Né à Bursa, Ahmet pacha assiste à la prise de Constantinople et il devient le protégé du sultan, qui le nomme vizir. Bien qu'il ait été parfois trop conciliant et qu'afin de plaire au souverain épris de la tradition iranienne il ait imité les poètes persans, son œuvre reste originale. Il a donné un nouveau souffle à la poésie lyrique, usant avec une remarquable aisance de tournures raffinées, d'un vocabulaire élégant, quoique parfois trop académique ; il a composé plus d'une trentaine de ghazal et des qaṣīda, genres dans lesquels il excellait. En revanche, son dīwān, qui comporte quelques passages lyriques et des satires, repose en grande partie sur un éloge au sultan, dont l'aspect courtisan est quelque peu irritant.

Ahmet pacha est d'ailleurs l'auteur d'un grand nombre de vers consacrés aux beautés naturelles, aux œuvres architecturales et sculpturales qui virent le jour grâce au Conquérant. Ces vers souffrent de l'absence de ces élans lyriques sur la nature et sur ses symboles, chers à Sheyhi, le poète qui servit de modèle à Ahmet pacha. Connaissant parfaitement la langue persane, celui-ci a laissé des traductions très fidèles de recueils poétiques persans, notamment de vers de Ḥāfiẓ, dont on ressent l'influence sur sa propre poésie.

—  Gayé PETEK-SALOM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  AHMET PACHA (mort en 1497)  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'influence persane »  : […] Avec la traduction et l'assimilation des œuvres persanes de première importance ('Attār, Saadi), la métrique de la poésie ( aruz ) , empruntée à l'arabe, perturbe le génie de la langue turque, aussi bien dans sa structure que dans son vocabulaire, du fait qu'elle est fondée sur des syllabes longues et brèves tandis que le turc ne possède normalement que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_42440

Pour citer l’article

Gayé PETEK-SALOM, « AHMET PACHA (mort en 1497) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmet-pacha/