AFRIQUE NOIRE (Culture et société)Langues

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguistique externe

Dans quelles conditions sociologiques et historiques s'exercent les langues de l'Afrique noire ? Cette question attire l'attention sur les communautés linguistiques et doit introduire à une compréhension plus profonde des langues.

Civilisation de l'oralité

Dire que la civilisation négro-africaine est sans écriture, c'est la qualifier par défaut et par référence analogique à une technique de communication qui lui est originellement étrangère. Certes, il n'est pas facile de définir l'oralité, d'autant plus que cet aspect a peu retenu l'attention des anthropologues. On commence toutefois à s'en représenter l'importance grâce à la publication de textes en langues africaines et à travers les études qui en précisent les conditions d'exercice ou les différents traits symboliques. Ainsi, selon Babalola (1966), des légendes rendent compte, au niveau mythique, de l'insertion dans un culte précis, celui du dieu Ogun, de l'ijala, qui est un genre poétique yoruba. Les poèmes sont récités à l'occasion de fêtes solennelles en l'honneur d'Ogun ou d'ancêtres dont le lignage lui est attaché. Plus l'occasion est solennelle, plus les poètes sont limités dans leur inspiration : ils « redécouvrent » au public les événements et les symboles qui leur sont associés, afin de faire passer, tout en amusant, les principes d'une morale sociale. Les poèmes sont des messages allusifs ou chargés de numineux.

Quels sont les traits d'une civilisation de l'oralité ? Tout d'abord les rapports de locuteurs à auditeurs sont authentiques, en ce sens que tout message recourt nécessairement à des circuits acoustiques : la voix, le tambour, la flûte, le sifflet. Il n'y a pas d'anonymat, comme dans une civilisation de l'écriture. En second lieu, la mémoire est connaissance. L'écrit dure contre le temps. Or il doit aussi y avoir permanence dans l'oralité. Comment l'assurer ?

La mémoire, semble-t-il, est privilégiée par trois moyens. La nature, tout d'abord, est perçue comme un monde de signifiants. Tel arbre, tel animal, tel chant d'oiseau, tel phénomène atmosphérique deviennent les signes de messages numineux et imposent à l'homme un comportement déterminé : il est dans une situation de dialogue latent.

La mémoire est également privilégiée par l'institutionnalisation du savoir. Le patrimoine historique et culturel des communautés repose sur des individus spécialisés dans son maintien et dans sa transmission. Ainsi les griots du pays manding. Enfin, l'exercice de la parole est rythmé, et ce rythme est en fin de compte un moyen mnémotechnique (M. Jousse). Il s'inscrit dans un complexe mental ; ordre, répétition et harmonie sont des structures internes de la pensée nègre.

Un troisième trait de l'oralité est le caractère nécessaire et coercitif de la parole. L'école de Marcel Griaule a beaucoup fait dans l'importance de la découverte de la parole. Il est ainsi nécessaire d'énoncer des devises quand on arrive à un village. Les louanges sont coercitives en ce sens que le bénéficiaire doit y répondre par un don, ou par d'autres paroles, ou s'en protéger par une amulette qui est dépositaire de sa réponse.

Langues et enseignement

Il existe aujourd'hui une presse, des livres, des traductions en diverses langues africaines. Ce passage de l'oralité à l'écriture fut et reste le fait soit de décisions officielles au niveau de l'enseignement, soit d'options en rapport avec l'apostolat religieux. Un nombre croissant de pays francophones développent l'alphabétisation en utilisant quelques grandes langues africaines. Il est trop tôt pour juger des résultats, mais il importe de souligner l'initiative des responsables qui ont le courage d'aller à contre-courant et de prendre une option conforme à l'esprit des indépendances africaines.

Le bilan est très positif. Ces dernières années ont vu croître l'intérêt, pratique et fondamental, pour les langues négro-africaines. Cela s'explique à la fois par l'ouverture, grâce à l'indépendance, des Africains sur un monde moderne qu'ils assument tout en restant eux-mêmes, ainsi que par l'importance que prend le langage dans l'anthropologie contemporaine. Les recherches actuelles marquent de plus en plus une insistance sur la linguistique descriptive ; il importe en effet, et d'urgence, de savoir comment les langues fonctionnent. C'est à cette seule condition qu'on pourra de nouveau déboucher sur des synthèses plus solides ou moins abstraites que cel [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)
  • : professeur à l'École nationale des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Les sociétés globales – ainsi appelées parce qu'en chacune d'elles l'individu trouve l'ensemble des réseaux de relations sociales dont il a besoin au cours de sa vie – furent nombreuses dans l'Afrique traditionnelle, celle qui prit fin avec la période coloniale en ses débuts, vers le dernier quart du xixe siècle. Un ethnologue, George P. Murdock, en é […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

La perception que l'Occident a pu avoir des arts africains a été fortement perturbée par ce que, dans les années 1920, on a appelé l'« art nègre ». Le choc esthétique et l'influence de ces formes sur les avant-gardes a un temps eu pour effet de faire passer au second plan la richesse des styles, ainsi que la complexité des liens entretenus avec l'univers social et religieux. Ce n'est que par l'étu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emilio BONVINI, Maurice HOUIS, « AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/