POISONS AFFAIRE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 25 mars 1675, dans un couvent de Liège occupé par les troupes françaises, la marquise de Brinvilliers est arrêtée ; elle était recherchée, avec plus ou moins de zèle, depuis 1672. Cette année-là mourait à Paris un jeune officier, Godin de Sainte-Croix ; comme il était poursuivi pour dettes, la police inventorie ses affaires et découvre une cassette pleine de documents. Ceux-ci révèlent la liaison de l'officier avec la marquise, mais surtout une série d'empoisonnements perpétrés par le couple sur le père et sur les deux frères de la marquise afin de s'approprier le patrimoine, l'époux de la marquise n'ayant échappé au même sort que grâce aux infinies précautions qu'il prend. Entre les mains de Sainte-Croix, ces papiers, pour la plupart des lettres de la main même de la marquise, constituaient une arme redoutable. La cassette renferme également des fioles d'un poison à base d'arsenic auquel se mêlent, l'inculpée l'avouera plus tard, divers ingrédients tels que la bave de crapaud. La préparation va devenir célèbre sous le nom de poudre de succession.

Fille d'un conseiller d'État, la marquise de Brinvilliers appartient par la naissance comme par le mariage à la noblesse ; le scandale est énorme et l'opinion parisienne se passionne pour ce procès qui s'ouvre devant la Grand'chambre du parlement. Quoiqu'on ait retrouvé sur elle une confession complète de ses crimes, la marquise n'avouera que quelques jours avant son exécution. À partir de ces aveux, la Reynie, lieutenant de police de Paris, remonte les filières et reconstitue un véritable réseau du crime ; de nombreux milieux sont compromis et il est clair que des milliers de gens ont recours aux philtres, maléfices, messes noires, que l'avortement et l'usage de la « poudre de succession » sont pratiques fréquentes. En 1679, devant l'ampleur de l'instruction, une chambre ardente est instituée et ne sera dissoute qu'en 1682 ; on la nomme « cour des poisons ». La principale inculpée est Catherine Deshayes dite la Voisin, une sorte de s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  POISONS AFFAIRE DES  » est également traité dans :

CHAMBRE ARDENTE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 240 mots

Nom générique désignant l'une des formes les plus usuelles du tribunal d'exception au xvi e et au xvii e siècle français. De 1547 à 1679-1680, la monarchie française a recours à la chambre ardente comme moyen commode pour se débarrasser de cas difficiles. La plus célèbre de ces chambres ardentes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chambre-ardente/#i_41421

MONTESPAN FRANÇOISE ATHÉNAÏS DE ROCHECHOUART DE MORTEMART marquise de (1641-1707)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 345 mots

D'une famille saintongeaise très ancienne et illustre dans tous les domaines, Françoise Athénaïs de Rochechouart vint à la cour en 1660 pour devenir fille d'honneur de la nouvelle reine. En 1663, elle épousa Louis Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, dont elle eut un fils, le duc d'Antin. Brillant à la cour par sa beauté et son esprit, elle devint la favorite de Louis XIV en 1667. Deux ans p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montespan-francoise-athenais-de-rochechouart-de-mortemart-marquise-de/#i_41421

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « POISONS AFFAIRE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-des-poisons/