ACIERÉconomie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les échanges internationaux d'acier

Les évolutions différentes de la consommation et de la production d'acier dans les différentes zones du monde ont entraîné par voie de conséquence des transformations importantes au niveau des traditionnels flux d'échanges de produits sidérurgiques. En 1985, les échanges mondiaux de produits sidérurgiques (en excluant les échanges intra-communautaires) s'élevaient à 120,4 millions de tonnes et représentaient 21,3 p. 100 de la consommation mondiale d'acier. En 2006, les échanges ont atteint un volume record de 278,5 millions de tonnes, ce qui a représenté 24,7 p. 100 de la consommation mondiale. L'augmentation des capacités et donc de la production d'acier dans les nouveaux pays consommateurs n'a finalement pas réduit les volumes des échanges internationaux. Les échanges se sont maintenus et même nettement accrus depuis le milieu des années 1980, mais ce sont les pays, exportateurs et importateurs, qui ont changé. On peut scinder les pays ou zones en trois groupes distincts : les importateurs nets d'acier (importations moins exportations > 0), les exportateurs nets d'acier (importations moins exportations < 0), et enfin les pays qui ont changé de statut, passant d'importateurs nets à exportateurs nets ou inversement.

Les pays importateurs nets

Parmi les pays et zones importateurs nets figurent au premier rang les États-Unis d'Amérique. Traditionnellement le plus important pays importateur et, par le passé, un faible exportateur d'acier, les importations nettes de produits sidérurgiques ont toujours posé un problème aux gouvernements des États-Unis, dès lors que les producteurs nationaux entraient dans des périodes de difficultés, soit à cause d'une baisse de la production, soit par une baisse importante des prix. Dès lors que le marché faiblissait, les importations d'acier étaient toujours montrées du doigt comme la principale cause des difficultés des sidérurgistes américains, sans jamais envisager d'autres motifs plus structurels comme l'absence de restructuration ou le peu d'investissements pour la modernisation de l'outil sidérurgique. En conséquence, les gouvernements successifs ont toujours été prêts à suivre l'avis des sidérurgistes nationaux et à prendre des mesures pour la protection du marché américain, telles que l'imposition de droits antidumping ou de droits compensatoires. Certains hommes politiques sont même allés encore plus loin en proposant que le produit de ces droits soit reversé à la sidérurgie (amendement Bird de 2003).

En 1985, les importations nettes de produits sidérurgiques aux États-Unis se montaient à 21,2 millions de tonnes, correspondant à 22 millions de tonnes d'importations et 0,8 million de tonnes d'exportations. Les importations nettes ont diminué de manière importante jusqu'en 1991 lorsqu'elles n'étaient plus que de 8,5 millions de tonnes, les importations ayant baissé de 35 p. 100 à 14,3 millions de tonnes et les exportations ayant atteint le niveau record pour l'époque de 5,8 millions de tonnes. Depuis lors, les importations nettes d'acier ont fluctué, pour atteindre leur plus haut niveau en 1998 avec 33,1 millions de tonnes, correspondant à un bond des importations de 32,5 p. 100, soit dix millions de plus qu'en 1997, et atteignant le niveau record de 38,3 millions de tonnes alors que les exportations étaient aussi à un niveau élevé de 5,2 millions de tonnes. Depuis lors, si les importations nettes ont chuté à 13,8 millions de tonnes en 2003, reflétant à la fois une baisse des importations (grâce aux mesures de protection du marché), à 21,4 millions de tonnes, et la hausse des exportations à 7,6 millions de tonnes, elles sont ensuite revenues à un niveau proche de leur tendance à long terme, de l'ordre de 25 à 26 millions de tonnes, ce qui représente des importations de l'ordre de 33 millions de tonnes et des exportations se montant à environ 7,5 millions de tonnes. Il est bon de noter qu'une grande partie des importations d'acier aux États-Unis sont le fait des sidérurgistes américains qui importent des produits semi-finis pour les retransformer eux-mêmes, ce qui laisse penser que ce niveau d'importations pourrait se maintenir dans les années à venir.

Autres pays importateurs nets d'acier, et dans des proportions importantes, les autres pays d'Asie, c'est-à-dire en excluant le Japon et la Corée du Sud, membres de l'O.C.D.E., l'Inde et la Chine. Les importations d'acier de l'ensemble de ces autres pays on [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACIER  » est également traité dans :

ACIER - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 929 mots
  •  • 2 médias

La sidérurgie est l'activité industrielle de transformation du minerai de fer en métal. On désigne couramment sous ce terme l'art de fabriquer et de travailler le fer, la fonte et l'acier. La sidérurgie a connu un essor fulgurant à partir de la seconde moitié du xixe siècle et l'acier s'impose comme le métal roi de la révolution industrielle. Cette av […] Lire la suite

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 172 mots
  •  • 10 médias

L'acierest un alliage de fer et de carbone renfermant au maximum 2 p. 100 de ce dernier élément. Il peut contenir de petites quantités d'autres éléments incorporés, volontairement ou non, au cours de son élaboration. On peut également y ajouter des quantités plus importantes d'éléments d'alliage ; il est considéré alors comme un acier allié […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Franco MANNATO, « ACIER - Économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-economie/