ACIERÉconomie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les capacités de production d'acier brut

Quelques explications

Les capacités de production d'acier brut ont été, et restent encore, un problème. Tout d'abord, il est important de préciser que seules sont prises en compte les capacités effectives de production d'acier, c'est-à-dire des données ajustées pour tenir compte des temps de maintenance et des arrêts techniques. Ces capacités effectives sont plus réalistes que les capacités nominales, c'est-à-dire la capacité théorique maximale des installations.

Ensuite, certains grands producteurs d'acier, auxquels on reprochait de ne produire qu'à environ 75 ou 80 p. 100 de leurs capacités effectives de production d'acier, avaient pour habitude de répondre que, pour eux, la capacité nécessaire était la capacité dont ils avaient besoin pour répondre à la demande du mois le plus important de l'année. Naturellement, cette capacité à répondre au pic de production de l'année, multipliée par douze mois, ne pourra jamais donner une capacité annuelle permettant d'avoir des taux d'utilisation aussi élevés que cela serait souhaitable. En outre, au niveau mondial, certains facteurs économiques ou d'approvisionnement en matières premières ou encore des accidents survenant dans les processus de production entraînent une distorsion des taux d'utilisation des capacités.

Enfin, la construction d'une usine sidérurgique représente un investissement important qui en plus nécessite du temps, le temps nécessaire à l'étude de faisabilité, puis le temps d'obtention des autorisations, enfin le temps de construction et de mise en route. Il faut compter plusieurs années, ce qui explique pourquoi, les conditions du marché ou d'approvisionnement en matières premières ayant changé entre-temps, des usines entièrement nouvelles ne parviennent pas à fonctionner avec un taux d'utilisation correct dans certains pays en développement, venant ainsi accroître le différentiel entre capacité et production.

Un problème de surcapacités

Depuis 1973 et le premier choc pétrolier, la sidérurgie mondiale souffre d'un problème [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACIER  » est également traité dans :

ACIER - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 928 mots
  •  • 2 médias

La sidérurgie est l'activité industrielle de transformation du minerai de fer en métal. On désigne couramment sous ce terme l'art de fabriquer et de travailler le fer, la fonte et l'acier. La sidérurgie a connu un essor fulgurant à partir de la seconde moitié du xixe siècle et l'acier s'impose comme le métal roi de la révolution industrielle. Cette av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-vue-d-ensemble/

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

L'acierest un alliage de fer et de carbone renfermant au maximum 2 p. 100 de ce dernier élément. Il peut contenir de petites quantités d'autres éléments incorporés, volontairement ou non, au cours de son élaboration. On peut également y ajouter des quantités plus importantes d'éléments d'alliage ; il est considéré alors comme un acier allié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/

Voir aussi

Pour citer l’article

Franco MANNATO, « ACIER - Économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-economie/