ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accéléromètres et physique fondamentale dans l'espace

Ces missions de géodésie spatiale seront sans doute suivies par d'autres, car il apparaît essentiel pour de nombreuses communautés de scientifiques – géophysiciens, océanographes, hydrologues, glaciologues... – de préserver la continuité des mesures des variations des grandes masses qui composent notre planète et de continuer à étudier leurs évolutions afin de mieux les comprendre et les prédire. De même, il est envisagé d'utiliser ces accéléromètres à bord des sondes interplanétaires, afin de rendre plus précise leur navigation dans le système solaire – en particulier lors des phases d'aérofreinage –, de mieux caractériser l'atmosphère et les vents des corps survolés, de mesurer leur champ de gravité pour en préciser la composition, de détecter des anomalies de gravité trahissant la présence de concentrations de masse semblables aux mascons lunaires.

Cependant, la prochaine mission mettant à profit des accéléromètres électrostatiques spatiaux sera une mission de physique fondamentale. La mission MicroScope (Micro-Satellite à traînée compensée pour l'observation du principe d'équivalence) du C.N.E.S. prévoit, en partenariat avec l'Observatoire de la Côte d'Azur et l'E.S.A., le lancement de son satellite en 2013 : l'O.N.E.R.A. a proposé de tester au cours de cette mission le principe d'équivalence avec une précision plus de cent fois meilleure que celle qui est obtenue aujourd'hui, à savoir 10–15. Rappelons que ce principe constitue le fondement de la relativité générale d'Einstein, et son éventuelle violation ouvrirait la voie à la découverte d'une nouvelle interaction, prédite par la plupart des nouvelles théories, lesquelles tentent de réunir la représentation géométrique de la gravité au modèle standard, qui regroupe les trois autres interactions : nucléaire faible, nucléaire forte et électromagnétique. Il s'agit de vérifier l'identité entre masse gravitationnelle et masse inertielle des corps, quelle que soit la composition de ces derniers : la première intervient dans l'attraction gravitationnelle, la second [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Satellite Goce de l'E.S.A.

Satellite Goce de l'E.S.A.
Crédits : AOES-Medialab/ ESA

photographie

Gradiomètre du satellite Goce

Gradiomètre du satellite Goce
Crédits : AOES-Medialab/ ESA

photographie

Mission Grace de la N.A.S.A.

Mission Grace de la N.A.S.A.
Crédits : University of Texas Center for Space Research/ NASA

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur, habilité à diriger des recherches, maître de conférences à l'université Paul-Sabatier, Toulouse
  • : directeur du département Mesures physiques à l'Office national d'études et de recherches aérospatiales, Châtillon

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël F. GARCIA, Pierre TOUBOUL, « ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/accelerometres-spatiaux/