ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les accéléromètres électrostatiques triaxiaux

Le principe de ces instruments est fondé sur la lévitation électrostatique, sans contact mécanique, de cette masse d'épreuve, dont les six degrés de liberté sont asservis immobiles par rapport à la cage. La mesure précise des potentiels électriques appliqués sur les électrodes et la masse permet de calculer les forces et couples électriques créés. La masse est également soumise au champ de gravité et présente la même accélération cinématique que la structure de l'instrument, rigidement fixée au satellite. En définitive, l'instrument fournit, selon les trois axes de l'espace, la différence entre l'accélération cinématique de son support et le champ de gravité en son centre. Les couples appliqués permettent d'en déduire également les accélérations angulaires, pour peu que la masse puisse être considérée comme sphérique du point de vue de son moment d'inertie.

Chacune des six voies d'asservissement correspondant aux six degrés de liberté est constituée d'un détecteur capacitif dont la résolution peut atteindre 10 picomètres (soit une valeur inférieure au rayon atomique), un actionneur électrostatique permettant d'appliquer des forces plus faibles que le piconewton (10–12 newton, soit 1 millième de milliardième de newton, ou encore 1 dixième de milliardième de gramme-force), une loi de commande définissant la bande fréquentielle de fonctionnement de l'instrument et réglant continûment les potentiels électriques opposés appliqués sur les deux électrodes en regard de la masse.

Les performances sans égales de ces accéléromètres, qui peuvent permettre de mesurer le pico-g (1 millionième de micro-g), voir le femto-g (1 millième de pico-g), sont liées aux performances exceptionnelles des électroniques réalisant les fonctions mentionnées ci-dessus – électroniques qui présentent un très faible bruit –, associées à la géométrie très précise et très stable du capteur, et en particulier de l'ensemble masse d'épreuve-électrodes. C'est la raison pour laquelle cette masse d'épreuve est réalisée p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Satellite Goce de l'E.S.A.

Satellite Goce de l'E.S.A.
Crédits : AOES-Medialab/ ESA

photographie

Gradiomètre du satellite Goce

Gradiomètre du satellite Goce
Crédits : AOES-Medialab/ ESA

photographie

Mission Grace de la N.A.S.A.

Mission Grace de la N.A.S.A.
Crédits : University of Texas Center for Space Research/ NASA

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur, habilité à diriger des recherches, maître de conférences à l'université Paul-Sabatier, Toulouse
  • : directeur du département Mesures physiques à l'Office national d'études et de recherches aérospatiales, Châtillon

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël F. GARCIA, Pierre TOUBOUL, « ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/accelerometres-spatiaux/