ABDELAZIZ MOHAMED (1947 ou 1948-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République arabe sahraouie démocratique pendant quarante ans, jusqu’à sa mort en mai 2016, Mohamed Abdelaziz, dirigeant du Front Polisario, avait succédé en 1976 au chef du mouvement indépendantiste El Ouali Moustapha Sayed.

Alors qu’ils sont tous deux étudiants à Rabat, au début des années 1970, ils revendiquent l’indépendance du Sahara colonisé par l’Espagne, mettant en avant leur culture et leur identité. Ils fondent en 1973 le Front populaire pour la libération de la Saguía el-Hamra et du Río de Oro, ou Front Polisario, qui se forge rapidement une idéologie transnationale d’inspiration socialiste. En 1975, la Marche verte organisée par le roi du Maroc Hassan II ainsi que l’accord tripartite signé à Madrid entre l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie qui prévoit le retrait espagnol incitent le mouvement à constituer un État en exil et à évoluer du stade d’idéologie et de petite guérilla vers l’idée d’un État confronté à une question d’ordre international, en l’occurrence un problème de décolonisation.

En 1976, pour éviter de voir s’installer un vide institutionnel après le départ des Espagnols et opposer une légitimité sahraouie à la récente légalité maroco-mauritanienne, le Front Polisario annonce la création de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le mouvement se dit « résolu à défendre son indépendance, son intégrité territoriale et à prendre en main ses ressources et ses richesses naturelles ». Mohamed Abdelaziz participe activement à toutes les étapes qui fondent le mouvement. Il en prend la tête en 1976, lorsque El Ouali trouve la mort en combattant en Mauritanie.

Si Abdelaziz est élu secrétaire général du Front Polisario, la succession d’El Ouali, véritable figure mythique du mouvement et homme fédérateur, n’est pas simple. La difficulté est d’autant plus grande que la concurrence est rude entre les natifs du Sahara et ceux qui sont nés en dehors de ce territoire. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : politologue, enseignante et chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Les derniers événements

Algérie. Convocation de l’élection présidentielle pour décembre. 11-26 septembre 2019

, le tribunal militaire de Blida rend son verdict dans le procès à huis clos de hauts dirigeants du régime d’Abdelaziz Bouteflika. Le frère de l’ancien président, Saïd Bouteflika, l’ancien chef des services de renseignement Mohamed Mediène – dit « Toufik » – et son successeur Athmane Tartag sont reconnus […] Lire la suite

Mauritanie. Élection de Mohamed Ould Ghazouani à la présidence. 22 juin 2019

Le général à la retraite et ancien ministre de la Défense Mohamed Ould Ghazouani, candidat de l’Union pour la République, la formation du président sortant Mohamed Ould Abdelaziz, remporte l’élection présidentielle dès le premier tour avec 52 p. 100 des suffrages. Ses deux principaux adversaires […] Lire la suite

Algérie. Démission du président Abdelaziz Bouteflika. 1er-30 avril 2019

Le 1er, alors que les manifestants réclament depuis février la fin du « système Bouteflika » et que le chef d’état-major Gaïd Salah a proposé en mars de prononcer l’empêchement du chef de l’État, un communiqué de la présidence annonce que le président Abdelaziz Bouteflika […] Lire la suite

Algérie. Mort d’un journaliste en prison. 11 décembre 2016

Le journaliste Mohamed Tamalt meurt en prison à l’issue d’une grève de la faim. Arrêté en juin, il avait été condamné en juillet à deux ans de prison pour, notamment, offense au président de la République, après avoir publié sur son compte Facebook des commentaires hostiles à Abdelaziz Bouteflika. […] Lire la suite

Algérie. Annulation par la justice du rachat d’un groupe de presse. 15 juin 2016

française Liberté. Les juges invoquent l’interdiction de posséder plusieurs publications d’information générale de même périodicité – El-Khabar détient le deuxième quotidien en langue arabe du pays. Issad Rebrab est réputé proche du général Mohamed Lamine Mediène, dit « Toufik », ancien chef des services de renseignement écarté par le président Abdelaziz Bouteflika en septembre 2015. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Khadija MOHSEN-FINAN, « ABDELAZIZ MOHAMED (1947 ou 1948-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abdelazizmohamed-1947-ou-1948-2016/