TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH (1910-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète soviétique dont l'action personnelle a été déterminante dans l'évolution de la littérature, après le « dégel ».

Fils d'un forgeron de village déporté comme koulak pendant la collectivisation, Tvardovski, dès son premier recueil de vers (1935) et avec son grand poème Le Pays de Mouravia, se classe parmi les rares écrivains de l'époque qui ont le sens de la réalité paysanne. À la tête d'un journal d'armée pendant la guerre, il compose Vassili Tiorkine (1941-1945), épopée familière du fantassin russe, qui lui vaut une popularité immense. Directeur de la revue Novy Mir de 1950 à 1954, puis de 1958 à 1970, il va en faire le foyer du renouveau littéraire, tout en poursuivant sa carrière de poète. L'Horizon infini (Za dal'ju dal'), poème inspiré par un voyage à travers la Sibérie, sort en 1960. En 1963, Khrouchtchev autorise la publication de Tiorkine dans l'autre monde, satire de la société bureaucratique. Vers sur un journal intime (1961) et Lyrisme de ces années (1967) marquent un tournant vers la méditation. La censure interdira Les Droits de la mémoire (1968 ?). Toutes ces œuvres développent un même thème insistant : il ne faut plus que se répète ce qu'on vit sous Staline.

La santé de Tvardovski, communiste convaincu, ne résistera pas aux combats de plus en plus épuisants qu'il doit livrer. « Démissionné » de Novy Mir au début de 1970, il est frappé peu après d'hémorragie cérébrale et meurt, l'année suivante, d'un cancer du poumon.

—  Jean CATHALA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH (1910-1971)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une littérature d'État »  : […] Les pratiques terroristes du RAPP font cependant obstacle au ralliement volontaire des « compagnons de route », et en particulier de Gorki, que Staline flatte et parvient en 1931 à faire revenir de Sorrente, où il réside depuis 1924. Le RAPP est dissous et désavoué par le parti en avril 1932. Mais l'orthodoxie esthétique qu'il a élaborée est repri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1041

SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 861 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire des lettres soviétiques, la littérature de guerre proprement dite succède à la littérature de la guerre civile presque sans solution de continuité : Cholokhov publie le dernier livre du Don paisible en 1940 et La Science de la haine en 1942. Le foisonnement de la littérature de guerre entre 1941 et 1945 relève du sentiment patriot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-guerre-sovietique/#i_1041

Pour citer l’article

Jean CATHALA, « TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH - (1910-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-trifonovitch-tvardovski/