BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SERPENTINE

Phyllosilicate hydraté de magnésium qui se présente sous diverses formes minérales portant chacune une appellation. La serpentine, au sens large, cristallise en masse microcristalline compacte ou en agglomérats fibreux. Les cristaux visibles à l'œil nu sont inconnus. La « serpentine noble », variété prisée pour la fabrication de bijoux et de petits objets sculptés, apparaît en masse translucide de couleur vert olive pâle. Les caractéristiques principales qui permettent d'identifier la serpentine sont son aspect soyeux, qui rappelle celui du jade, son toucher gras et sa faible dureté (se rayant, selon les variétés, au couteau, avec le cuivre, voire avec l'ongle). La serpentine est le constituant essentiel des serpentinites, roches ophiolitiques (du grec ophis, serpent, et lithos, pierre) dont l'aspect rappelle la peau de ces reptiles.

formule : Mg6[Si4O10](OH)8,H2O ;

système : monoclinique, parfois orthorhombique ;

dureté : 2,4-4 ;

poids spécifique : 2,4-2,6 ;

éclat : soyeux, cireux ou gras ;

transparence : souvent opaque, parfois translucide ;

cassure : conchoïdale, esquilleuse, résistante.

La serpentine présente une structure atomique en feuillets qui peuvent glisser les uns sur les autres ; à l'échelle macroscopique, le minéral ne montre cependant aucun clivage distinct, contrairement à la plupart des autres phyllosilicates (micas, chlorites, talc, etc.). Le feuillet élémentaire est composé d'une couche de tétraèdres SiO4 (couche tétraédrique), dont les bases sont dans un plan et reliées entre elles par les atomes d'oxygène, et d'une couche contenant les cations magnésium (Mg2+), de coordination 6, situés au centre d'octaèdres réguliers. Cette seconde couche est dite octaédrique pour les phyllosilicates en général et, comme toutes les cavités octaédriques de la serpentine sont occupées par un ion bivalent Mg2+, elle est appelée plus précisément trioctaédrique. Les ions hydroxyles OH se logent quant à eux dans les cavités hexagonales plus grandes que ménagent les atomes d'oxygène des sommets des tétraèdres. Cette association (O, OH) est donc commune à la couche [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Yves GAUTIER, « SERPENTINE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serpentine/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« SERPENTINE » est également traité dans :

AMIANTE ou ASBESTE

Écrit par :  UniversalisLaurence FOLLÉAHenri PÉZERAT

Dans le chapitre "Minéraux et applications"  : …  , formé naturellement au cours du métamorphisme des roches. On distingue deux variétés principales d'amiante : la serpentine, représentée notamment par la chrysotile, ou « amiante blanc » (95 p. 100 de la production mondiale), et les amphiboles, qui comprennent cinq espèces distinctes : le crocidolite ou « amiante bleu », l'amosite ou « amiante… Lire la suite
GEMMES

Écrit par :  Jean-Paul POIROTHenri-Jean SCHUBNEL

Dans le chapitre "Silicates autres que les béryls"  : …  La serpentine, jaune, vert clair à vert-noir, sert à imiter les jades dont elle n'a pas la dureté… Lire la suite
SILICATES

Écrit par :  Jean WYART

Dans le chapitre "Groupe kaolinite-serpentine (0,7 nm)"  : …  métahalloysite Al4Si4O10(OH)8. Les serpentines Mg6Si4O10(OH)8 sont trioctaédriques ; ce sont des minéraux verdâtres, parfois riches en nickel dans la variété dite garniérite, et dont les espèces les plus communes sont l'… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.