BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

QOM ou QUM

Média

Média de cet article dans l'Encyclopædia Universalis :

 

Iran : carte administrativeCapitale de la province homonyme — elle-même détachée en 1995 de la province de Téhéran —, Qom est située à 150 kilomètres au sud de Téhéran, à la jonction de toutes les voies routières et ferroviaires reliant l'Iran méridional à la capitale. Le territoire est limité à l'est par un grand lac salé, le lac Nawak, appartenant au Kavīr central, et fut longtemps surtout agricole (céréales, coton), avant de connaître, avec la découverte de pétrole à Sarajeh (1956), un essor économique suscitant la croissance démographique de Qom. La ville comptait 1 081 745 habitants en 2006. De plus, des barrages établis sur le Rūd-e Qom permettent d'irriguer la région et fournissent de l'électricité. Mais ce sont surtout son caractère de ville sainte shī‘ite et son pèlerinage qui donnent à Qom son rythme de vie et lui assurent de substantiels revenus (activités commerciales et artisanales, dont de fameux tissages de tapis, petite industrie, filature de coton). Probablement d'origine ancienne, la ville fut le premier foyer du shī‘isme en Iran (au viiie siècle, ces shī‘ites étaient surtout des réfugiés arabes hostiles au califat). Fātima, sœur de l'imām Rezā, y étant morte en 816, la tombe de cette sainte femme fit de la cité un centre de pèlerinage local (avec mausolée et madrasa à l'époque saldjūqide) qui eut sa consécration avec l'avènement des Ṣafawides.

Iran : carte administrativeCarte

Iran : carte administrativeCarte administrative de l'Iran.

Crédits: Encyclopædia Universalis France Consulter

Mais, avant de devenir la ville sainte ṣafawide, Qom était surtout renommée pour ses écoles théologiques et pour la nature turbulente de ses habitants (refus de payer l'impôt, conflit avec Ispahan, etc.). Éprouvée par la tourmente mongole et timouride, elle doit sa prospérité et la plupart de ses monuments encore visibles aux Ṣafawides et aux Qādjārs. Résidence de l'ayatollah Khomeyni, Qom joua un rôle prépondérant dans le renversement du shah d'Iran et elle demeure une ville de pèlerinages et un centre religieux important (université islamique).

Jean CALMARD

Pour citer cet article

CALMARD, « QOM ou QUM  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qom-qum/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« QOM ou QUM » est également traité dans :

IRAN - Géographie

Écrit par :  Bernard HOURCADE

Dans le chapitre "Diversité et cohésion culturelles"  : …  e siècle et pratiqué par 87 p. 100 des Iraniens. À partir des années 1930, Qom est devenu le principal centre de formation du clergé shi’ite, aux dépens de Nadjaf (en Irak) et des grandes villes d'Iran. Avec plus de 12 millions de pèlerins par an, Mashhad (ou Meched, 2,4 millions d'habitants, deuxième ville d'Iran),… Lire la suite
KHOMEYNI ROUHOLLĀH MOUSSAVI (1900-1989)

Écrit par :  Robert MANTRAN

Dans le chapitre "Le guide de la Révolution "  : …  Khomeyni s'installe à Qom d'où il lance ses directives en tant que « guide de la Révolution » ; un clivage apparaît rapidement au sein des éléments religieux entre modérés et conservateurs, et ce sont ces derniers qui, avec l'appui des « gardiens de la révolution » (pasdaran), ont la haute main sur les comités islamiques,… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.