BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PERSONNALITÉ MORALE

Être doté de la personnalité signifie, dans le langage juridique, être apte à posséder des droits et à encourir des obligations. La personne, dans le sens qu'attribuent à ce terme les juristes, c'est l'être qui peut être sujet de droit.

Les personnes sont, avant tout, les êtres humains, que l'on appelle personnes physiques. Mais, à côté des individus, la plupart des sociétés, sinon toutes, reconnaissent l'aptitude à être sujets de droit à d'autres « personnes », qui peuvent être soit une entité administrative (État, communes, établissements publics), soit un groupement (associations, sociétés), soit une masse de biens dotés d'une certaine affectation (fondations). Ces autres personnes sont appelées, par opposition aux personnes physiques, personnes morales.

Reconnaître la personnalité à ces entités, groupements ou masse de biens présente un double intérêt. On permet en premier lieu, par là, des aménagements ou prévisions qui dépassent la durée de la vie humaine ; on isole d'autre part le patrimoine des personnes morales et on le met ainsi à l'abri des poursuites que pourraient exercer les créanciers de telle ou telle personne physique.

1.  Une technique juridique

Une querelle a, au début du xxe siècle, divisé les juristes : les uns affirmaient la réalité des personnes morales ; d'autres voyaient dans la personnalité morale une simple fiction, qu'il appartenait aux dirigeants d'une société d'admettre ou de ne pas admettre. Cette querelle est aujourd'hui dépassée. Certains groupements sont dans la nature même des choses et leur existence, leurs intérêts doivent être pris en considération ; mais rien n'impose pour autant de les reconnaître en tant que personnes morales et, en fait, certains d'entre eux – la famille par exemple – ne sont pas reconnus comme tels en droit français. La personnalité morale n'est rien de plus qu'une technique juridique. Ce qui le montre bien est que, en différentes circonstances, on peut s'en passer en recourant à d'autres techniques. Il en est ainsi si l'on […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

René DAVID, « PERSONNALITÉ MORALE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite-morale/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« PERSONNALITÉ MORALE » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

Écrit par :  Jean RIVERO

Dans le chapitre "Statut des personnes publiques"  : …  leur, l'existence de titulaires de ces droits et obligations, c'est-à-dire de personnes juridiques, *qui ne peuvent être, en ce qui concerne l'administration, que des personnes morales : car il est trop évident que ce n'est pas pour leur propre compte qu'agissent les hommes par lesquels l'administration prend corps. Déterminer, au sein de l… Lire la suite
ASSOCIATION

Écrit par :  Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGEPierre Patrick KALTENBACH

Dans le chapitre "La personnalité morale"  : …  *La déclaration n'est pas obligatoire, mais pour obtenir la personnalité morale élémentaire, dite « petite personnalité morale », l'association doit se déclarer en préfecture et procéder à une insertion au Journal officiel. La préfecture doit donner récépissé de la déclaration, sauf à mentionner l'existence d'une association précédemment… Lire la suite
BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

Écrit par :  Patrice BAUBEAU

Dans le chapitre "Terminologie"  : …  son institutionnalisation. Concrètement, trois niveaux d'institutionnalisation sont repérables : – *une forme « morale » (au sens juridique de « personne morale ») : la banque comme entreprise ou organisation ; – une forme « régulée » : la banque comme ensemble de règles et de normes spécifiques à la définition et au commerce d'actifs financiers et… Lire la suite
CHINE - Droit

Écrit par :  Jean-Pierre CABESTAN

Dans le chapitre "La personnalité juridique"  : …  Depuis 1986, la personnalité juridique est accordée aux « citoyens » (gongmin) et aux *personnes morales (faren). Si la Chine populaire, par opposition à Taïwan par exemple, n'utilise pas la notion de « personne naturelle » (ziran ren), elle accorde les mêmes droits aux étrangers et aux apatrides. Le terme « personne… Lire la suite
CIVIL DROIT

Écrit par :  Muriel FABRE-MAGNAN

Dans le chapitre "Le droit des personnes et de la famille"  : …  la capacité juridique. Ont la personnalité juridique les personnes physiques (les individus) et les *personnes morales (groupements de personnes physiques comme des sociétés ou des associations, par exemple). Déterminer à partir de quel moment une personne physique acquiert la personnalité juridique est une question fondamentale du droit des… Lire la suite
ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES

Écrit par :  Louis de NAUROIS

… *On appelle « biens ecclésiastiques » des biens temporels, meubles et immeubles, qui sont la propriété d'une personne morale ecclésiastique (diocèse, paroisse, par exemple) selon le droit canonique, quelle que soit l'affectation de celle-ci : qu'elle ait une fin religieuse, culturelle, caritative, ou qu'elle soit simplement source de revenus. Ces… Lire la suite
ÉTABLISSEMENT PUBLIC

Écrit par :  Annie GRUBER

… *Le procédé de l'établissement public est un mode classique de gestion des services publics, employé depuis longtemps à la fois pour les services de l'État et pour les services des départements et des communes. Mais il a connu récemment un développement tel que la notion même d'établissement public a perdu de son unité pour devenir quelque peu… Lire la suite
ÉTAT

Écrit par :  Olivier BEAUD

Dans le chapitre "Un pouvoir institutionnalisé"  : …  expression signifie tout simplement qu'il convient de distinguer l'État des gouvernants et du gouvernement, c'est-à-dire d'envisager l'État comme une personne juridique, un être abstrait doté de la *personnalité morale. Par là même, il s'agit ici de penser la médiation entre le souverain et l'État, c'est-à-dire de penser l'objectivation du pouvoir… Lire la suite
FONDATIONS

Écrit par :  Michel POMEY

Dans le chapitre "Régimes d'organisation"  : …  ne peuvent s'organiser et fonctionner que sous les contrôles, voire la tutelle, de l'administration. C'est le régime de la concession. Enfin, selon les pays, les fondations ont une *personnalité morale (système de l'incorporation ou de la reconnaissance d'utilité publique) ou bien peuvent s'en passer (système des charitable trustsLire la suite
NATIONALITÉ

Écrit par :  Henri BATIFFOLPatricia BUIRETTEJean-Éric MALABREMarthe SIMON-DEPITREPaul TAVERNIER Universalis

Dans le chapitre "Les personnes morales"  : …  et qui est toujours étudié sous la même rubrique de la condition des étrangers, concerne la* situation des personnes morales : les sociétés étrangères, pour ne parler que d'elles, ont-elles les mêmes droits en France que les sociétés françaises, et, au départ, leur existence comme personnes juridiques est-elle reconnue et à quelles… Lire la suite
PÉNAL DROIT

Écrit par :  Luc VILAR

…  par un employé. Le Code pénal français de 1992 a instauré une responsabilité pénale de toutes les* personnes morales (privées et publiques), à l'exception de l'État, qui ajoute aux dispositions antérieures consacrées, pour la plupart, à des contraventions. Son caractère est spécial, c'est-à-dire qu'elle est prévue dans les cas institués par la… Lire la suite
SOCIÉTÉS DROIT DES

Écrit par :  Bernard FAU

Dans le chapitre " La notion de société"  : …  que la notion de société est indissociable de l'existence d'un droit des sociétés puisque la *personnalité morale, qui en est le principal attribut, constitue elle-même une fiction juridique destinée à conférer au groupement social une capacité équivalente à celle d'une personne physique. Cette vue conduit à considérer que le législateur est… Lire la suite

Afficher la liste complète (12 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média