BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PATHOLOGIE

Terme de médecine, « pathologie » désigne la science qui cherche à établir, par l'observation et l'expérimentation, les lois de l'anormalité dans le domaine biologique. Est pathologique tout ce qui s'oppose, au sein d'un organisme, au plein exercice des fonctions (vie végétative, reproduction et comportement). Un tel état est souvent, mais pas nécessairement, lié à une atteinte à l'intégrité des structures de cet organisme. En revanche, toute atteinte à ces structures n'entraîne pas nécessairement un déficit fonctionnel. Telle est l'origine de la dialectique qui continue d'opposer, en psychopathologie par exemple, les tenants de la pathologie fonctionnelle et ceux de la pathologie organique.

La pathologie dite générale s'est peu à peu dégagée de ce genre de débat parce qu'elle s'est progressivement fondée sur tout un ensemble de données objectives. Celles-ci permettent de vérifier si les mécanismes vitaux s'inscrivent ou non, chez un sujet donné, dans le cadre de variations réversibles autour d'un noyau de valeurs normatives. La solidité avec laquelle on détermine les éléments normatifs dépend de la nature et de la précision des moyens d'investigation dont disposent les hommes de science. C'est pourquoi la pathologie fut d'abord anatomique avant de devenir histologique et cytologique, puis biophysique et biochimique.

La pathologie moderne est de plus en plus moléculaire, en ce sens qu'elle vise à situer les anomalies au niveau discret de la structure des macromolécules biologiques. De même, en élucidant les troubles de l'information génétique, on a réussi à expliquer certains défauts de l'équipement enzymatique, donc du métabolisme, et, par suite, des désordres physiologiques ou des anomalies tissulaires et anatomiques.

Bien entendu, la pathologie humaine n'est qu'un secteur privilégié au sein d'un ensemble plus vaste, qui englobe la pathologie animale. La pathologie comparée s'efforce de dégager les traits communs entre ces deux domaines connexes. En particulier, la pathologie des relations sociales trouve dans l'étude des comportements animaux des schémas structurels intéressants. Les autres secteurs de la biologie ont individualisé des branches autonomes de la pathologie : pathologie végétale, pathologie des micro-organismes. Enfin, on peut transposer aux écosystèmes certains enseignements de la pathologie des relations entre les organismes vivants.

Didier LAVERGNE

Pour citer cet article

Didier LAVERGNE, « PATHOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathologie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« PATHOLOGIE » est également traité dans :

ÉPIDÉMIOLOGIE

Écrit par :  Catherine DUPUISPierre SALIOU

Dans le chapitre "Pathologies non transmissibles"  : …  Une étude* épidémiologique difficile illustre bien la complexité du problème. Elle porte sur l'intervention éventuelle d'un « facteur eau » dans l'étiologie de cette maladie plurifactorielle qu'est l'athérosclérose, qui combine l'athérome (infiltration graisseuse des parois artérielles) et la sclérose vasculaire. En 1957, l'attention a été attirée… Lire la suite
FATIGUE

Écrit par :  Hugues MONOD

Le terme de* fatigue désigne à la fois un sentiment vécu, n'apparaissant qu'à travers le récit personnel de celui qui l'a ressenti, et un ensemble de signes notés et enregistrés par un observateur impartial. Cette dualité permet d'opposer la fatigue subjective et la fatigue objective. Seule cette dernière peut… Lire la suite
FIÈVRE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *Augmentation de la température corporelle ; elle apparaît dans de nombreuses manifestations pathologiques et doit être distinguée de l'élévation de la température due à l'effort, qui disparaît en quelques minutes. Le mécanisme de la fièvre, encore mal précisé, associe une élévation de la thermogenèse et une diminution de la déperdition de chaleur.… Lire la suite
FOLIE

Écrit par :  Alphonse DE WAELHENS

Dans le chapitre "La dissociation positiviste"  : …  avec acharnement un idéal immuable, exactement contenu dans le double sens de l'expression *pathologie mentale : il n'y a pas d'autre explication ni d'autre cause aux désordres de la conduite, de l'affectivité ou de la pensée que les lésions ou les altérations de la matière cérébrale. À la limite, la psychiatrie se confondra avec la… Lire la suite
HÉMATOLOGIE

Écrit par :  Jean BERNARDMichel LEPORRIER

Dans le chapitre "Naissance de la pathologie moléculaire"  : …  maladie mortelle. Ainsi se trouve à la fois définie et illustrée la remarquable conception de la *pathologie moléculaire de Pauling. Les douleurs et les malaises, la fièvre, tous les tourments que souffre le patient, les hypertrophies et les atrophies constatées par le médecin, tous les désordres cliniques désignés sous le nom de maladies sont… Lire la suite
HUMEURS THÉORIE DES

Écrit par :  Sophie SPITZ

… *Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env.-env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum, puis par Galien (129-env. 201), la doctrine médicale de la théorie des humeurs a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la médecine jusqu'à la fin du xviiie siècle environ. La théorie humorale considère que la… Lire la suite
IATROGÈNE PATHOLOGIE

Écrit par :  Edith ALBENGRES

… *Ce sont les états pathologiques liés à l'administration d'un médicament quand ce dernier est donné dans la bonne indication, à la bonne posologie, et qu'il a été correctement pris par le malade, c'est-à-dire en dehors de toute erreur thérapeutique. Cela souligne le caractère inévitablement agressif à des degrés divers de la plupart des médicaments… Lire la suite
INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE

Écrit par :  André-Paul PELTIER

L'*inflammation, comme la douleur, l'hémostase ou l'immunité, fait partie des processus réactionnels de défense dont dispose l'organisme pour répondre aux agressions, et donc pour assurer le maintien de l'intégrité du « soi ». Si son existence a été reconnue depuis l'Antiquité – Celse, au temps de l'… Lire la suite
MALADIES MOLÉCULAIRES

Écrit par :  Jean-Claude DREYFUSFanny SCHAPIRA

La *pathologie, c'est-à-dire l'étude scientifique des maladies, fut d'abord une pathologie d'organes, essentiellement appuyée sur l'anatomie. Un grand pas fut franchi lorsque Virchow montra vers 1850 que tous les tissus sont formés de cellules. L'étude physio-pathologique au niveau… Lire la suite
MALADIES RARES

Écrit par :  Bernard BARATAUD

*Les hommes se sont organisés pour lutter contre les maladies qui ont affecté d'importantes populations, notamment dans les pays riches où les stratégies de traitements et de recherche sont identifiées et financées. Il n'en va pas de même pour les 7 000 affections dites rares ou orphelines en raison du… Lire la suite
MÉDECINE - Histoire

Écrit par :  Charles COURY

Dans le chapitre " Les origines de la médecine et la médecine de l'Antiquité"  : …  désignent sous le nom de « chamans » – pouvaient intervenir utilement dans un tel conflit. La *pathologie était en somme un aspect de la mythologie, le pouvoir de guérir un attribut de personnalités ayant le don exceptionnel d'entrer en rapport avec les puissances surnaturelles. Cette conception a survécu jusqu'à nos jours dans certaines… Lire la suite
PATHOCÉNOSE

Écrit par :  Danielle GOUREVITCH

… *Étymologiquement, pathocénose signifie « communauté de maladies ». La notion et le mot ont été créés par Mirko Grmek pour désigner l'ensemble des états pathologiques présents au sein d'une population déterminée à un moment donné (« Préliminaire d'une étude historique des maladies », in Annales E.S.C., 24, 1969, pp. 1437-1483). La fréquence… Lire la suite
PHYSIOLOGIE

Écrit par :  Georges CANGUILHEMPierre CHOUARDMaurice FONTAINERené HELLERCharles KAYSERClaude LIORETAlexis MOYSE

Dans le chapitre "Physiologie et pathologie"  : …  en état de santé s'est greffé sur l'intérêt plus vital, c'est-à-dire plus originaire, suscité par* les maladies en tant que perturbations des fonctions de base : respiration, circulation, digestion, excrétions, sommeil, coordinations sensitivo-motrices. Ce sont les maladies qui attirent l'attention sur l'existence de fonctions que leur exercice… Lire la suite
SANTÉ - Santé et maladies

Écrit par :  Jean-Yves NAUHenri PÉQUIGNOT

*Si, depuis le développement de la pathologie, on n'emploie plus le mot maladie(s) qu'au pluriel, la notion de santé (au singulier) a survécu trop longtemps, car c'est un concept vide pour lequel on s'efforce de trouver une espèce de contenu dans l'existence d'une force biologique intérieure à l'individu,… Lire la suite
VIRCHOW : NOTION DE PATHOLOGIE CELLULAIRE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

  *Rudolph Ludwig Carl Virchow (1821-1902), médecin d'origine poméranienne, eut une activité médicale scientifique et politique étonnante et foisonnante, quelque peu masquée par l'ouvrage célèbre Die Cellular-Pathologie qu'il publia en 1858 et qui fonde la pathologie cellulaire. Virchow y énonce d'abord que la… Lire la suite

Afficher la liste complète (15 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "PATHOLOGIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média