BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

OURSINS

Les oursins (châtaignes de mer) sont des Échinodermes pentamères, globuleux ou discoïdes, vivant dans toutes les mers. Leurs dimensions vont de 10 mm à 30 cm ; la taille courante est de 10 à 15 cm.

On distingue deux types morphologiques d'oursins : les réguliers et les irréguliers.

L'oursin régulier, le plus primitif, a l'aspect d'une boule hérissée de piquants ; il repose sur la face orale (ou ventrale), légèrement aplatie, au centre de laquelle se trouve la bouche entourée d'une membrane, le péristome ; cinq dents sont visibles. La région aborale, ou apex, opposée à la bouche, présente également une membrane, le périprocte, où se trouve l'anus, et qui est entourée d'une série de plaques constituant le calice. Bouche et anus sont disposés à l'extrémité de l'axe vertical, axe de symétrie autour duquel les organes sont répartis selon un schéma pentamère.

Chez l'oursin irrégulier, le périprocte, avec l'anus, quitte le pôle apical, et peut même gagner la face orale (Spatangoïdes). À la symétrie pentamère se substitue une symétrie bilatérale.

1.  Paroi corporelle : le test

La paroi du corps se compose d'un épiderme externe cilié, d'un tissu conjonctif calcifié en un endosquelette résistant, d'un épithélium péritonéal.

Le squelette se compose de plaques calcaires étroitement ajustées, qui apparaissent après enlèvement des piquants. Les aires ambulacraires, composées de deux rangées de plaques alternes, s'étendent du péristome jusqu'aux plaques du calice ; elles livrent passage aux ambulacres (tentacules ambulacraires, ou podia) ; elles sont perforées d'une paire de pores reliant le tentacule externe à une vésicule ambulacraire interne. Les aires interambulacraires plus larges sont également formées de deux rangées de plaques disposées de façon différente. Sur ces plaques se trouvent des tubercules qui portent les piquants et les pédicellaires. Le nombre et les dimensions des tubercules diminuent régulièrement de l'équateur aux pôles de l'oursin. Les plaques interambulacraire [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

TÉTRY, « OURSINS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oursins/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« OURSINS » est également traité dans :

ÉCHINODERMES

Écrit par :  Geneviève TERMIERHenri TERMIERAndrée TÉTRY

Les Échinodermes vivant actuellement (Crinoïdes, Holothuries, Étoiles de mer, Ophiures, Oursins) ont été précédés par beaucoup d'autres représentants, aujourd'hui fossiles ; des classes entières qui avaient connu leur apogée au début de l'ère primaire sont totalement éteintes… Lire la suite
EMBRYOLOGIE

Écrit par :  Maurice PANIGELJosselyne SALAÜNDenise SCHEIBJean SCHOWING

Dans le chapitre "Segmentation totale de l'œuf d'oursin "  : …  Comme le montre son activation parthénogénétique, l'œuf vierge d’oursin comprend déjà tous les éléments nécessaires à la différenciation ultérieure de la larve (pluteus). La segmentation de l'œuf fécondé va s'effectuer selon un programme chronologique et spatial précis. Des facteurs de polarité (déjà déterminés dans l'ovaire) vont rapidement… Lire la suite
OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

Écrit par :  Lucien LAUBIERJean-Marie PÉRÈS

Dans le chapitre "Faune endogée"  : …  et beaucoup de crustacés et d'échinodermes, par exemple divers oursins irréguliers du groupe des spatangues, des holothuries comme les synaptes, etc. Dans d'autres cas, l'animal fouisseur aménage au sein du sédiment un véritable terrier aux parois « cimentées » par du mucus ; c'est le cas de l'arénicole des pêcheurs, très commun sur nos côtes, de… Lire la suite
PHYLOGÉNOMIQUE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "Les tuniciers à l'origine des vertébrés ?"  : …  Le dernier point concerne les questions posées par les défenses immunitaires des oursins. Ces animaux, qui appartiennent au groupe des échinodermes, occupent une place évolutive privilégiée puisqu'ils constituent l'un des trois phylums des deutérostomiens, les deux autres étant les hémichordés et les… Lire la suite
SPÉCIATION

Écrit par :  Jean GÉNERMONT

Dans le chapitre "Exemples"  : …  Les oursins Diadema antillarum et D. mexicanum, vivant de part et d'autre de l'isthme de Panama avec des périodes de reproduction différentes, dérivent d'une espèce dont l'aire géographique a été coupée il y a 3 millions d'années par la formation de l'isthme. De nombreuses espèces ont ainsi été subdivisées en… Lire la suite

  

Voir aussi

AMBULACRE    ANATOMIE ANIMALE    AULODONTES    BOTHRIOCIDARIÉS    CAMARODONTES    CIDARIDES    CLYPEASTROÏDES    CŒLOME    ÉCHINIDÉS    EMBRYOGENÈSE ANIMALE    FÉCONDATION    LARVE    LÉPIDOCENTRIDES    PÉDICELLAIRES    SPATANGOÏDES    STIRODONTES    TEST zoologie

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.