BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MATÉGOT MATHIEU (1910-2001)

Mathieu Matégot est né le 4 avril 1910 en Hongrie à Tapio-Sully, village situé à une vingtaine de kilomètres de Budapest. Il débute comme décorateur au Théâtre national de la capitale après avoir suivi une formation artistique à l'Académie Jaschick et à l'école des Beaux-Arts. Âgé de dix-neuf ans, il quitte son pays pour découvrir l'Europe de l'Ouest, le continent américain et choisit de s'installer à Paris. En 1931, le jeune immigré est étalagiste aux Galeries Lafayette mais parvient rapidement à se faire embaucher chez un éditeur de meubles. En 1933, Matégot dessine, de façon anonyme, du mobilier en rotin dont il est l'un des premiers à remettre l'emploi à l'honneur. En 1939, il s'engage comme volontaire pour combattre l'Allemagne. Fait prisonnier, réquisitionné dans une usine fabricant des accessoires mécaniques, il est amené à travailler la tôle : le décorateur comprend alors les possibilités offertes par ce matériau.

Naturalisé français à la Libération, Matégot crée sa propre société de décoration et met en application ses idées. Il fait breveter le rigitule, procédé qui consiste à plier la tôle en accordéon pour en augmenter la résistance et dessine une gamme de meubles et d'objets. À mi-chemin entre le design et la décoration, le mobilier qu'il conçoit traduit une recherche tendant à la création d'un mobilier fonctionnel, pensé avec une économie de moyens et la recherche de formes astucieuses. Les noms qu'il donne à ses sièges traduisent une fantaisie caractéristique de l'après-guerre, CopacabanaPanamaPapillon. Sa chaise à trois pieds, Nagasaki, conçue vers 1950, sera son modèle le plus célèbre. À la tôle qu'il laque, plie et perfore, Matégot ajoute des matériaux traditionnels – le bois, le rotin – et des matières plastiques – le skaï, le formica.

Assurant lui-même sa production, Matégot possède deux ateliers, l'un à Paris qui emploie jusqu'à vingt ouvriers et un second au Maroc, à Casablanca. Cette production qui s'assimile à du mobilier de série est l'une des pr […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER, « MATÉGOT MATHIEU - (1910-2001)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathieu-mategot/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

Bibliographie

W. Georges, Mathieu Matégot. Prisme des arts, éd. Prisme des arts, Paris, 1957

G. Boudaille, Mathieu Matégot, Cimaise, Paris, 1960

G. Bazin, M. Brion & M. Faré, Les Tapisseries de Mathieu Matégot, Édition des deux mondes-La Demeure, Paris, 1962

Mathieu Matégot, catal. expos., musée Jean Lurçat et de la Tapisserie contemporaine, Angers, 1990.

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média