BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ISABEY JEAN-BAPTISTE (1767-1855)

« Peintre en miniature » — comme il est simplement gravé sur la tombe du Père-Lachaise où repose également son fils Eugène (1803-1886), le peintre romantique — mais aussi, selon la titulature dont il bénéficie sous le Premier Empire, « peintre dessinateur du cabinet de S.M. l'Empereur, des cérémonies et relations extérieures », Jean-Baptiste Isabey a tenu une place considérable dans la vie artistique et mondaine des années 1800-1850, et cela sous tous les régimes. L'artiste, en vérité, a beaucoup et souvent trop rapidement produit, aux dépens parfois de la qualité. L'Empereur lui-même le lui reprocha, comme le traduit cette note du grand maréchal du palais, Duroc, le 8 août 1807 : « S.M. a été fort mécontente des portraits de M. Isabey [les effigies de Napoléon étaient commandées par séries] et elle désirerait qu'il fasse mieux ou que l'on employât un autre peintre. » Il est vrai qu'Isabey conserva ses privilèges et réussit même à faire augmenter des honoraires, pourtant jugés exorbitants.

Aussi bien le talent d'Isabey n'a-t-il jamais été discuté. Il est le meilleur portraitiste en miniature de son siècle. Dès son apprentissage à Nancy, chez Claudot, peintre de Stanislas, il élit le genre où il assure ses premiers succès. À Paris, David lui-même l'encourage à persévérer. Par rapport aux miniaturistes attitrés de la fin du règne de Louis XVI, tels Sicardi, Per Adolf Hall ou Jacques Dumont, Isabey sait encore mieux allier, dans le petit format obligé, grâce et dignité, concilier le souci d'idéalisation du néo-classicisme et le respect de la vérité. C'est ainsi que la grande sépia de Bonaparte dans les jardins de Malmaison, au Salon de 1802 (Malmaison), le « seul portrait vrai » du héros selon Reichardt, séduisit par la ressemblance et l'alliance de la grandeur et de la simplicité.

Ses compositions plus ambitieuses, comme les grands dessins rehaussés célébrant les visites de Napoléon chez Oberkampf à Jouy-en-Josas (Salon de 1806) et dans les ateliers des frères Sevenne à Rouen (tous deux à Versailles) [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Bruno FOUCART, « ISABEY JEAN-BAPTISTE - (1767-1855)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-isabey/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ISABEY JEAN-BAPTISTE (1767-1855) » est également traité dans :

CARICATURE

Écrit par :  Marc THIVOLET

Dans le chapitre "Rôle paradoxal de la caricature"  : …  esthétique et moral qui compensait ce que leur art pouvait avoir de trop conformiste : Isabey, Delacroix, Puvis de Chavannes s'y sont livrés comme à une activité « cathartique » marginale. D'autres ont subi avec fascination l'attrait du monstrueux. Parmi ces derniers, il faut citer Goya, dont les créations « caricaturales » suscitent moins… Lire la suite
MINIATURE

Écrit par :  Roseline BACOU

Dans le chapitre "XVIIIe et XIXe siècles"  : …  1836). Protégé par Marie-Antoinette, dessinateur officiel des fêtes impériales, J. B. Isabey (1767-1855) eut les faveurs de la Restauration et de la monarchie de Juillet et même du second Empire qui le pensionna ; ses portraits sur vélin, qui témoignent d'une incontestable virtuosité, ressuscitent plus d'un demi-siècle de vie parisienne. Parmi les… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.