BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CARACALLA (ÉDIT DE)

On désigne sous ce nom une constitution prise par l'empereur Caracalla (198-217) qui donnait, selon ses propres termes, « à tous les pérégrins (étrangers) qui sont sur terre la citoyenneté romaine ». Seuls les deditices (Barbares soumis par la force) étaient exclus de cette faveur. Cette mesure fut très probablement prise en 212. Son importance théorique et sa valeur symbolique lui ont valu depuis l'Antiquité une grande popularité, et son existence était connue par de nombreuses allusions des auteurs anciens. Le texte même de l'édit a été retrouvé dans un papyrus conservé dans la collection des papyrus de Giessen (no 40) ; si la disposition principale rappelée ci-dessus s'y lit avec certitude, le papyrus laissait malheureusement une lacune sur une réserve que formulait l'empereur. Les dégradations subies par le papyrus pendant la Seconde Guerre mondiale interdisent tout espoir d'une meilleure lecture. De multiples restitutions ont été proposées pour cette lacune. La mesure prise par Caracalla marquait l'aboutissement d'un long mouvement qui, par des concessions plus ou moins généreuses, avait progressivement étendu à des étrangers les droits du citoyen romain. Si cette généralisation a été possible au début du iiie siècle, c'est qu'en fait la civilisation romaine avait, surtout dans les villes, déjà profondément marqué les populations de l'Empire. Les motifs qui ont pu pousser Caracalla à cette mesure restent discutés : lui-même fait valoir dans son édit le désir de « rendre grâce aux dieux » et de faire cesser « chicanes et réclamations » ; Dion Cassius y voit l'avantage fiscal d'augmenter le nombre des assujettis à l'impôt successoral qui grevait les citoyens. L'effet pratique de la généralisation du droit de cité est lui aussi discuté, d'autant plus que c'est à lui que se référait la clause aujourd'hui illisible dans le papyrus de Giessen. L'intérêt majeur fut sans doute de permettre à la quasi-totalité des habitants de l'Empire d'adopter les règles juridiques que le droit romain réservait aux seuls citoyens. Mais il est probable que les nouveaux citoyens gardèrent la faculté de se soumettre à leurs usages traditionnels. Ainsi se serait instauré un régime d'option laissée aux citoyens entre les règles romaines et les coutumes locales.

Jean GAUDEMET

Pour citer cet article

Jean GAUDEMET, « CARACALLA (ÉDIT DE)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracalla-edit-de/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CARACALLA ÉDIT DE (212) » est également traité dans :

ÉDIT DE CARACALLA

Écrit par :  Xavier LAPRAY

La Constitution antoninienne, appelée édit de Caracalla, accorde en 212 le droit de cité romaine à tous les habitants libres de l'Empire qui ne l'avaient pas encore. Les raisons de cette constitution impériale (décision de l'empereur qui a force de loi) sont mal connues : fiscales (élargir l'assiette de l'impôt), politiques (rallier les provinciau… Lire la suite
CIVIL DROIT

Écrit par :  Muriel FABRE-MAGNAN

Dans le chapitre " L'origine historique du droit civil"  : …  des Athéniens » (Institutes de Justinien, I, 2). Mais progressivement – et spécialement *à partir de l'édit de Caracalla de l'an 212 qui fait de la plupart des citoyens de l'Empire des citoyens romains – la distinction a perdu son sens, si bien qu'à l'époque de la compilation justinienne le jus civile recouvre en réalité l'… Lire la suite
DYNASTIE DES SÉVÈRES : (193-235) - (repères chronologiques)

Écrit par :  Antony HOSTEIN

…  Les rivalités augmentent entre les deux frères : Geta et ses partisans sont finalement éliminés. * Édit de Caracalla dit constitution antonine : tous les hommes libres de l'Empire reçoivent la citoyenneté romaine. Campagnes victorieuses de Caracalla en Germanie et en Orient où il cherche à réitérer les actions glorieuses d'Alexandre le Grand. Il… Lire la suite
EXTENSION DE LA CITOYENNETÉ ROMAINE - (repères chronologiques)

Écrit par :  Xavier LAPRAY

…  Lois qui accordent progressivement la citoyenneté romaine aux habitants libres de l'Italie. * Mort de l'empereur Septime Sévère qui laisse deux fils : Caracalla et Geta. Caracalla fait assassiner son frère Geta. Mesures fiscales et Constitution antoninienne dite « édit de Caracalla ». Assassinat de Caracalla par son préfet du prétoire Macrin… Lire la suite
NATIONALITÉ

Écrit par :  Henri BATIFFOLPatricia BUIRETTEJean-Éric MALABREMarthe SIMON-DEPITREPaul TAVERNIER Universalis

Dans le chapitre "Évolution historique"  : …  manières, notamment par les traités, les institutions du patronage et de l'hospitalité. Mais* l'ancien principe, disparu dans l'Empire avec l'octroi général du droit de cité par Caracalla (212), reparut quand des relations s'établirent avec les Barbares ; patronage et hospitalité se retrouvent alors. Et, quand la féodalité se développa après… Lire la suite
ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

Écrit par :  Yann LE BOHECPaul PETIT

Dans le chapitre "Les successeurs"  : …  valeur que le denier de Marc Aurèle, mais dont le cours forcé était probablement fixé au double. *Il publia en 212 le célèbre édit, qui donnait le droit de cité à tous les habitants de l'Empire, sauf aux « déditices » (Barbares soumis par la force, peut-être aussi une partie de la population égyptienne de statut inférieur). La portée de cette… Lire la suite
UNIFICATION DE L'ITALIE - (repères chronologiques)

Écrit par :  Xavier LAPRAY

… l'Italie ; désormais la citoyenneté romaine s'étend jusqu'au pied des Alpes, l'Italie juridique coïncidant avec l'Italie géographique. * Le processus d'élargissement de la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'Empire aboutit à l'édit de Caracalla. Rome antique, histoireLire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média